Espagne: Deux basketteurs américains soupçonnés d'avoir utilisé de faux passeports

ENQUETE Marcus Slaughter et Andy Panko, qui évoluaient l'an passé dans le championnat espagnol, viennent d'être mis en examen pour « falsification de documents officiels »...

20 Minutes avec agences

— 

Le basketteur du Real Madrid Marcus Slaughter, vainqueur en 2015 du triplé Euroligue-Liga-Coupe du Roi.
Le basketteur du Real Madrid Marcus Slaughter, vainqueur en 2015 du triplé Euroligue-Liga-Coupe du Roi. — Daniel Ochoa de Olza/AP/SIPA

Une enquête espagnole pour « falsification de documents officiels » vise le pivot américain Marcus Slaughter, ancien joueur de la section basket du Real Madrid évoluant aujourd’hui au Darussafaka Istanbul (Turquie), et un autre Américain, Andy Panko, ayant joué à Fuenlabrada et recruté depuis par Nancy (ProA).

Un juge madrilène a demandé par commission rogatoire à entendre les deux joueurs sous le statut de mis en examen. Ils sont en effet soupçonnés d’avoir utilisé de faux passeports.

Des passeports de Guinée Equatoriale qui portaient le même numéro

Selon le quotidien catalan La Vanguardia et le journal sportif Mundo Deportivo, qui a révélé l’affaire, les deux sportifs possédaient des passeports de Guinée Equatoriale qui portaient le même numéro.

Une situation susceptible de leur permettre de contourner la limitation à deux joueurs extracommunautaires dans chaque équipe. En effet, les ressortissants de ce pays africain ne sont pas considérés sportivement comme extracommunautaires en vertu d’une convention internationale.

 

 

Des sportifs qui risquent six mois à deux ans de prison

L’ambassade de Guinée Equatoriale a fait savoir à la justice espagnole que les deux passeports en question « ne sont pas légaux, mais falsifiés à l’aide de méthodes frauduleuses ». S’il se confirme, le scandale pourrait avoir de lourdes conséquences.

Pénalement, la falsification de documents d’identité est passible de six mois à deux ans de prison. Et sportivement, plusieurs clubs pourraient s’estimer lésés par le Real Madrid, vainqueur en 2015 du triplé Euroligue-Liga-Coupe du Roi. Le FC Barcelone, battu en finale de la Coupe du Roi, a d’ailleurs annoncé lundi qu’il comptait se constituer partie civile.