Zidane au Real Madrid: Qu’est-ce que ça fait d’avoir une légende comme coach?

FOOTBALL L’ancienne star des Bleus est désormais le coach du Real Madrid…

Antoine Maes

— 

Zinédine Zidane et Karim Benzema lors de l'entraînement du Real Madrid, le 5 janvier 2016.
Zinédine Zidane et Karim Benzema lors de l'entraînement du Real Madrid, le 5 janvier 2016. — GERARD JULIEN / AFP

Imaginez un peu… Vous êtes cuisinier, et votre nouveau patron s’appelle Paul Bocuse. Ou alors, vous êtes musicien et votre n + 1 c’est Mozart. Vous avez une petite suée de stress ? Et bien c’est un peu ce que vivent les joueurs du Real Madrid depuis la nomination de Zinedine Zidane au poste d’entraîneur. Bon, le Français aura affaire à quelques grands joueurs, dont un Cristiano Ronaldo (pour ne pas le nommer) qui est carrément une icône mondiale. N’empêche, quand une légende devient votre boss, ça ne doit pas être si évident à gérer.

Le foot français a déjà connu ça. C’était au début des années 1990, et l’icône Platini, à peine retraitée, était devenue sélectionneur des Bleus. « Quand il parle, tu l’écoutes, se souvient l’un des gardiens de l’époque, Gilles Rousset. On n’a pas Pierre Dupuis en face, t’as un mec qui a presque tout gagné dans son sport. Comme Zidane, c’était une légende ». Une légende intimidante ? « Non, c’était même plutôt gratifiant », reprend l’ancien portier lyonnais, qui se rappelle que l’ancien joueur de la Juve pouvait lui infliger des séances de coups francs « diaboliques ». « Michel, quand il voulait nous montrer un truc, bah il prenait le ballon, il faisait « bam, bam », on fait ça, ça et ça, et il démontrait. Il y a des coachs qui ne peuvent pas le faire, d’autres qui ne peuvent plus le faire, mais lui, il pouvait », rigole Gilles Rousset.

Platini : « Vous faites chier, vous avez les pieds carrés »

Jean-Philippe Durand, qui joue alors à l’OM, assure pourtant que Platini « se mettait très facilement au niveau de ses joueurs ». Et que l’image du mythe s’est vite dissipée. « Ça s’estompe très rapidement, au bout de 10 minutes d’entraînement. Même s’il aimait à rappeler son palmarès sur le ton de la plaisanterie, il n’avait pas la grosse tête. Pourtant il nous disait « vous faites chier, vous avez les pieds carrés ». Il ne prenait pas de gants mais il n’y avait pas de vexation », jure l’ancien milieu de terrain.

Et là, on pense très fort à un spécifique transversal de Zizou avec Pépé, par exemple. C’est peut-être le plus grand écueil : supporter que vous gars sont moins bons (forcément) que vous avez pu l’être. Et ce n’est pas valable qu’en foot. A Chambéry, Cédric Paty a vu débarquer la légende du handball Jackson Richardson comme entraîneur : « Ne pas voir les joueurs comprendre ou retranscrire ce qu’il demande, ça peut frustrer ce genre de coach. Pour eux, quand ils expliquent c’est naturel, normal, facile. Et voir que nous, on a du mal à mettre en place ce qu’il demande, ça doit être frustrant ».

Profite Michel, tu rentreras bientôt plus dans le survêt (GERARD FOUET/AFP)

Heureusement, en Savoie, les joueurs qui ne le connaissent pas découvrent un Richardson « humainement très facile », reprend Cédric Paty. Et le groupe apprend vite à dépasser le statut de star du tacticien. « Ce n’est pas parce que c’était la légende du hand français qu’il fallait dire amen à tout. C’est aussi comme ça qu’il peut grandir : dans la transition en tant que très grand joueur à très grand coach, il faut passer par une phase d’écoute », explique Cédric Paty.

Apprendre à discuter (et à envisager qu’on puisse avoir tort), Zidane devra l’intégrer, si ce n’est pas déjà fait. Parce qu’avouez quand même que pour aller débattre tactique avec un génie, il vaut mieux être sûr de soi. Avec Platini en équipe de France, « Il y avait des divergences de point de vue, reconnaît Gilles Rousset. Il y a des matchs ou Michel imposait le marquage individuel sur coup de pied arrêté, et certains joueurs voulaient défendre en zone. Il écoutait les arguments, mais il tranchait. Il disait c’est comme ça, c’était lui le boss ». Et si ça ne suffit pas, Zizou pourra toujours renvoyer les joueurs récalcitrants à ses meilleurs moments sur Youtube.