Le Qatar s'insurge contre un rapport affirmant que 7.000 ouvriers vont mourir sur les chantiers du Mondial 2022

FOOTBALL Doha affirme qu'aucun travailleur n'est mort sur ses sites de construction...

R.B. avec AFP

— 

Le chantier du stade Al-Wakra, l'une des enceintes de la Coupe du monde 2022.
Le chantier du stade Al-Wakra, l'une des enceintes de la Coupe du monde 2022. — Maya Alleruzzo/AP/SIPA

Le Qatar a qualifié lundi de «mensonge» une affirmation «sans fondement» de la Confédération internationale des syndicats (ITUC) selon laquelle quelque 7.000 travailleurs pourraient mourir sur les chantiers de la Coupe du monde de football en 2022.

Dans une déclaration, le gouvernement de Doha a ajouté que le rapport publié vendredi par l'ITUC «déformait délibérément des faits» car, selon lui, aucun ouvrier n'est mort sur des sites de construction et il n'y a aucune raison de penser que des milliers de travailleurs périront d'ici le coup d'envoi du Mondial dans sept ans.

«Des esclaves des temps modernes»

Indépendamment des spéculations sur le nombre de victimes potentielles, l'ITUC avait accusé les compagnies étrangères opérant sur les chantiers au Qatar d'exploiter les migrants, sous-payés et réduits selon elle à «des esclaves des temps modernes».

Ces compagnies feront «15 milliards de dollars de bénéfices» avec «des niveaux de salaires effroyablement bas, souvent fondés sur un système de discrimination raciale», avait affirmé la secrétaire générale de l'ITUC, Sharan Burrow.