Affaire de la sextape: Deschamps ne place pas «au même niveau» Benzema et Valbuena

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus s'est exprimé sur le conflit qui oppose les deux hommes...

R.B. avec AFP

— 

Didier Deschamps au tirage au sort de l'Euro 2016 le 12 décembre 2015.
Didier Deschamps au tirage au sort de l'Euro 2016 le 12 décembre 2015. — Matt Dunham/AP/SIPA

«On ne peut pas placer sur le même niveau» Mathieu Valbuena, victime d'une tentative de chantage à la sextape et Karim Benzema, mis en examen dans cette affaire, a assuré leur sélectionneur Didier Deschamps dimanche sur TF1.

«Mathieu Valbuena est victime, Karim Benzema et lui, on ne peut pas les placer sur le même niveau. Mathieu on ne lui reproche rien et il n'a rien à se reprocher», a exposé Didier Deschamps sur le plateau de l'émission Téléfoot.

«Il a pris, sur une affaire privée, la décision de porter plainte, c'est difficile parce qu'il y a beaucoup de battage médiatique mais sur la situation sportive il n'a aucun souci, ce qui n'est pas le cas de Karim Benzema», a encore expliqué le sélectionneur de l'équipe de France, qui avait expliqué la veille en marge du tirage au sort être «sur la position» de son président Noël Le Graët concernant l'attaquant.

L'attaquant N.1 des Bleus, titulaire au Real Madrid, a en effet été suspendu à titre conservatoire par le président de la Fédération française de football tant que son dossier judiciaire n'évoluerait pas. Les deux joueurs ont pour le moment interdiction de se rencontrer.

Il ne regrette pas la non-convocation du Lyonnais

Interrogé sur sa décision de ne pas appeler Mathieu Valbuena lors de la précédente convocation internationale, officiellement parce qu'il n'était «pas dans les meilleures conditions psychologiques», Deschamps n'a pas regretté sa décision.

«Mathieu est quelqu'un de solide, mais il a traversé des moments qui sont pénibles pour lui, pour sa famille, a-t-il plaidé. Après il est dans une situation où il est victime, il n'y a rien à lui reprocher. Il a été sélectionné et sélectionnable et il le reste toujours. Lui aussi se serait bien passé de cette histoire-là.»