Euro 2016: On a revisité le tirage au sort (et on peut déjà vous dire qu'on va se marrer)

FOOTBALL On connaît désormais le programme des poules de l'Euro...

Romain Baheux

— 

Gianni Infantino et David Trezequet lors du tirage au sort de l'Euro 2016 le 12 décembre 2015 à Paris.
Gianni Infantino et David Trezequet lors du tirage au sort de l'Euro 2016 le 12 décembre 2015 à Paris. — Christophe Ena/AP/SIPA

Vous avez désormais six mois pour vous exciter sur les groupes de l’Euro 2016 et vous perdre en conjectures sur l’intensité d’un Pologne-Irlande du Nord. Histoire de ne pas vous laisser avec de simples analyses sportivo-sportives, 20 Minutes vient à votre rescousse avec son analyse du tirage des boules du Palais des Congrès. Laissez votre premier degré loin de votre écran.

>> A lire aussi : Le tirage au sort à revivre en direct

Groupe A

Taux d’intérêt : 7/10 si vous êtes un amoureux transi des Bleus, 1/10 si vous aimez juste le football.

Le match à suivre : France-Albanie (15 juin à Marseille). Parce qu’on doit se venger de la défaite à Tirana en juin (1-0) et pour le retour de Lorik Cana au Vélodrome.

Le match à fuir : Roumanie-Albanie (19 juin à Lyon). Parce que c’est sans doute la pire rencontre pour intéresser un néophyte au football.

Groupe B

Taux d’intérêt : Rien que pour le derby, on lui met au-dessus de la moyenne. Allez, 6,5/10.

Le match à suivre : Angleterre-pays de Galles (16 juin à Lens). Une rivalité régionale, un stade à un jet de pierre d’Eurostar et des supporters bouillants. On paierait cher pour voir les Gallois narguer les Anglais en chantant du Tom Jones, la star locale, comme pendant la Coupe du monde de rugby.

Le match à fuir : Slovaquie-pays de Galles (11 juin à Bordeaux). Parce que ça va être gênant de voir Gareth Bale tenter vingt-trois frappes des trente mètres contre l’équipe la plus faible du groupe.

Groupe C

Taux d’intérêt : 7/10, on a l’Allemagne, la Pologne et un troisième pas évident.

Le match à suivre : Allemagne-Pologne (18 juin, Saint-Denis). Rien que pour regarder Robert Lewandowski tenter de retourner les champions du monde à lui tout seul. Et surtout parce que la Pologne l’a déjà fait juste après la Coupe du monde.

Le match à fuir : Allemagne-Irlande du Nord (21 juin, Paris). Parce que ça va être une boucherie, même avec les réservistes allemands.

>> A lire aussi : Deschamps « comprend » le bannissement de Benzema des Bleus

Groupe D

Taux d’intérêt : 7,5/10. Because un groupe avec les tenants du titre, une équipe qui joue bien au foot et deux outsiders capables de faire des trucs sympas.

Le match à suivre : Espagne-Croatie (21 juin à Bordeaux). Modric-Rakitic face à leurs potes du Barça et du Real, ça va en jeter. A l’Euro 2012, la confrontation entre les deux sélections avait donné quelque chose de sympa.

Le match à fuir : Espagne-République tchèque. La rencontre typique où la Roja fait de la passe à dix ennuyeuse.

Groupe E

Taux d’intérêt : 8/10. Avec la Belgique, leader au classement FIFA, une sélection classe comme l’Italie, la Suède de Zlatan et des supporters irlandais toujours en forme, on la tient la poule la plus cool.

Le match à suivre : Evidemment Belgique-Italie (13 juin à Lyon). Sans doute le plus gros choc de cette phase de poule.

Le match à fuir : Suède-Belgique (22 juin à Nice). Quand Zlatan et ses potes se feront sortir et que l’attaquant du PSG tentera d’enchaîner de vaines punchlines pour se justifier.

Groupe F

Taux d’intérêt : 2/10. Les ravages de l’Euro à 24 équipes illustrés.

Le match à suivre : Portugal-Autriche (18 juin, Parc des Princes). Mais vraiment parce qu’on nous demande d’en choisir un et qu’on pourra voir Cristiano Ronaldo contre David Alaba.

Le match à fuir : Tout le reste, sauf peut-être Autriche-Hongrie (14 juin à Bordeaux) pour les nostalgiques.