Affaire de la sextape: Pour l'avocat de Benzema, la décision de la FFF «préserve l'avenir»

FOOTBALL Me Alain Jakubowicz estime que son client peut espérer disputer l'Euro...

N.C. avec AFP

— 

Benzema sur TF1 le 2 décembre 2015
Benzema sur TF1 le 2 décembre 2015 — Capture TF1

Le camp Benzema y croit encore. Le président de la Fédération française de football (FFF), qui a décidé que le Madrilène manquera l'Euro 2016 si sa situation judiciaire dans l'affaire de la sextape «n'évolue pas», préserve l'avenir de l'attaquant au sein des Bleus, a estimé jeudi son avocat. «La décision du président de la FFF réserve et préserve l'avenir, il n'a pas saisi la commission de discipline, ce qui montre bien qu'il a pris la vraie mesure de cette affaire», a relevé Me Alain Jakubowicz, l'un des avocats de Karim Benzema.

Karim Benzema, mis en examen dans l'affaire du chantage à la «sex-tape» exercé sur son coéquipier chez les Bleus Mathieu Valbuena, «n'est plus sélectionnable jusqu'à ce que la situation évolue, jusqu'à ce qu'il y ait du nouveau dans ce dossier», a annoncé dans l'après-midi Noël Le Graët, président de la FFF. «Il n'est pas banni», a-t-il insisté. Cette décision n'a «aucune conséquence» dans l'immédiat pour Benzema, puisqu'aucun match n'est programmé avant mars, a souligné Me Jakubowicz.

>> A lire aussi: Peut-on suspendre un joueur qui n'a pas été condamné ?

Pour que la situation judiciaire de l'attaquant du Real Madrid évolue, «la première chose à faire, c'est de lever le contrôle judiciaire qui lui interdit de rencontrer Mathieu Valbuena», a-t-il commenté. «L'un des leviers pour lever ce contrôle judiciaire, c'est la confrontation que nous avons demandée» entre les deux joueurs, a-t-il ajouté. Selon lui, la demande de confrontation est arrivée mercredi sur le bureau de la juge Nathalie Boutard, qui instruit le dossier à Versailles.

La magistrate dispose d'un mois pour trancher sur cette demande. Benzema a été mis en examen le 5 novembre pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs», des infractions passibles de cinq ans d'emprisonnement.