F1: Mercedes accuse un ex-salarié en partance pour Ferrari de vol de données confidentielles

FORMULE 1 Mais l'écurie n'a aucune preuve que des informations ont déjà été transmises à Ferrari...

N.C. avec AFP

— 

L'écurie Mercedes a peur qu'un de ses ingénieurs, qui va partir chez Ferrari, ne divulgue des données confidentielles.
L'écurie Mercedes a peur qu'un de ses ingénieurs, qui va partir chez Ferrari, ne divulgue des données confidentielles. — HZ/PIXATHLON/SIPA

Mercedes a entamé des poursuites judiciaires contre un ex-salarié qui doit rejoindre Ferrari et qu'elle accuse de vol de données techniques confidentielles, a déclaré mardi à l'AFP une source au sein de l'écurie allemande de F1. Cette décision «strictement défensive», selon la source haut placée chez Mercedes, a pour but de protéger ses droits à la propriété intellectuelle car elle n'a aucune preuve que des informations ont déjà été transmises à Ferrari.

Plus tôt, le site britannique Autosport avait révélé l'ouverture d'une enquête par la Haute cour de Londres à la demande de Mercedes AMG High Performance Powertrains (HPP) contre l'ingénieur Benjamin Hoyle, employé depuis 2012 et qui doit rejoindre Ferrari plus tard dans l'année. HPP veut essayer par cette procédure d'empêcher Hoyle de rejoindre l'écurie italienne de F1, ou n'importe quelle autre, jusqu'à la fin de la saison 2016.

>> A lire aussi: Ecclestone en a marre, la domination de Mercedes rend la F1 «ennuyeuse»

«Une action légale qui implique Mercedes AMG High Performance Powertrains et un employé qui doit partir à la fin de l'année est en cours, a confirmé l'écurie allemande dans un communiqué. L'entreprise a pris les mesures légales appropriées pour protéger sa propriété intellectuelle. Nous ne souhaitons pas faire d'autres commentaires sur le sujet et nous en appelons à votre compréhension». Mercedes demanderait également que son salarié rende tout les documents liés à ce sujet et qu'il ne puisse utiliser aucune information en sa possession.

En mai 2014, M. Hoyle, dont le contrat actuel expire fin décembre 2015, avait annoncé vouloir quitter son poste et avait ensuite été réassigné en avril sur un projet ne concernant pas la F1. Selon Autosport, M. Hoyle s'était également vu fournir du matériel nouveau, comme un nouvel ordinateur, une nouvelle adresse mail et de nouveaux accès pour restreindre ses accès aux informations sensibles. Ce cas n'est pas sans rappeler «l'affaire Spygate», qui avait vu McLaren puni à hauteur de 92 millions d'euros et banni du championnat 2007 des constructeurs après des accusations de vol de données formulées par Ferrari.