Sextape de Valbuena: Samir Nasri a-t-il proposé de servir d'intermédiaire?

FOOTBALL D'après Le Monde, les écoutes téléphoniques révèlent que le rôle qu'aurait pu jouer l'ancien de l'OM... 

N.C.

— 

Samir Nasri et Mathieu Valbuena lors d'un entraînement de l'équipe de France, le 31 août 2011 à Clairefontaine.
Samir Nasri et Mathieu Valbuena lors d'un entraînement de l'équipe de France, le 31 août 2011 à Clairefontaine. — BERTRAND GUAY / AFP

Et maintenant, Samir Nasri. Après avoir publié une longue interview de Mathieu Valbuena, qui donne sa version des faits de l’affaire de chantage à la sextape dont il a été victime, le journal Le Monde affirme ce vendredi que le nom de l’actuel joueur de Manchester City est cité dans le dossier d’instruction.

>> A lire aussi : Mathieu Valbuena est « plus que déçu » par Karim Benzema

En fait, la police a intercepté des conversations téléphoniques entre Mustapha Zouaoui et Axel Angot, deux Marseillais connus pour rendre des services divers et variés aux joueurs de l’OM et qui sont à l’origine de toute cette histoire (c’est Angot qui aurait récupéré la sextape sur le portable de Valbuena).

Le Monde rapporte ainsi que Valbuena a indiqué aux policiers avoir connu Mustapha « Sata » Zouaoui « chez Djibril Cissé ou chez Samir Nasri ». Tout ce petit monde se connaît donc. Et le 16 septembre, selon des écoutes téléphoniques de la police, Zouaoui a assuré à Angot que « Samir » a proposé de servir d’intermédiaire pour faire pression sur Valbuena. « Si Karim ne veut pas le faire, moi je le fais pour vous », serais la phrase exacte de ce Samir, qui aurait ajouté : « Moi, je l’appelle dès ce soir, si vous voulez ».

« Je n’ai pas voulu m’en mêler, je gagne très bien ma vie »

Contacté par le quotidien, l’ancien joueur de l’OM et de l’équipe de France a démenti. « Tout le monde dans le football avait entendu parler de cette histoire de "sextape". Moi, je n’ai pas voulu m’en mêler, je gagne très bien ma vie, je joue au football, je ne veux pas profiter du malheur des gens. Quant à Sata et Angot, je les connais, je ne leur parle plus depuis longtemps. »