Malmö-PSG: «Zlatan Ibrahimovic a changé la mentalité des Suédois sur son quartier»

INTERVIEW Le rappeur Rebstar a rendu hommage à la star du PSG dans l'un de ses titres...

Romain Baheux

— 

Le rappeur Rebstar est originaire de Malmö, comme Zlatan Ibrahimovic.
Le rappeur Rebstar est originaire de Malmö, comme Zlatan Ibrahimovic. — Rebstar/DR

De notre envoyé spécial à Malmö (Suède),

Rosengard, c’est Zlatan Ibrahimovic mais aussi (un peu) Rebstar. Né dans le même quartier de Malmö que l’attaquant du PSG, de retour à la maison mercredi avec le PSG, le rappeur suédois lui a consacré une chanson, Safe Safe, sorti en 2014, dont le clip nous offre une vue à la première personne du footballeur. Enfin plutôt la vision fantasmée du chanteur d’un Ibra qui reviendrait faire la bringue avec ses potes de Rosengard. Entretien grand nez, clichés et MTV.

Mais comment vous est venue l’idée de faire une chanson parlant de Zlatan ?

A la base, je ne pensais pas faire un titre sur lui. J’étais en studio pour travailler et les deux premières phrases Down the block from where Zlatan lived, Grindin tryna get Zlatan checks (Dans le quartier où Zlatan vivait, Travaillant dur pour tenter de gagner autant que Zlatan) me sont venues subitement. C’est là que je me suis rendu compte à quel point Zlatan est important pour moi, Rosengard, Malmö et aussi la Suède. OK, tout le monde est fier de voir un tel joueur nous représenter mais dans notre quartier, c’est un symbole d’espoir.

Quand on regarde le clip, la vue à la « première personne » et le nez du joueur sautent aux yeux…

J’ai parlé au réalisateur et il m’a rapidement dit « il faut le mettre avec son nez dedans ». Comme moi, c’est un grand fan d’Ibrahimovic et il voulait associer cette chanson à un clip amusant à regarder, éviter de faire un truc classique de gangsta-rap. On est partis là-dessus et voilà…

Le grand nez du Suédois est représenté dans le clip/DR

C’est quoi l’idée du clip ? On le voit à la sortie du terrain, en soirée, avec des gens du quartier…

On s’est amusés à imaginer ce que ça donnerait si Zlatan revenait se faire une bonne grosse nuit de fête chez nous. On ne veut pas le dénigrer. Chacun a son image de Zlatan, et on donne la nôtre. Il rentre à Rosengard, va voir ses amis, et ça part dans une soirée dingue.

Un bon cul-sec des familles dans un parc/DR

Ça lui a fait plaisir ?

On a envoyé la vidéo à son petit frère en lui disant « Montre lui, c’est un hommage » et il nous avait dit qu’il le ferait. J’espère qu’il l’a aimé. Si je devais le croiser ? Je lui dirais merci d’avoir apporté l’espoir à Rosengard, de nous avoir donné quelque chose dont on peut être fier, et merci de faire en sorte que les médias et les autres Suédois parlent positivement de notre quartier. Il a changé les mentalités sur ce point.

>> A lire aussi : Zlatan Ibrahimovic se moque du Danemark « qu’il a mis à la retraite »

En 2012, vous disiez au JDD « Quand Zlatan marque, il est Suédois. Quand il rate, c’est un immigré »…

Je peux vous donner un très bon exemple. Il y a quelques mois, le clip de ma chanson Things About You est devenu le premier d’un rappeur suédois à passer sur MTV aux Etats-Unis. Quand c’est arrivé, tous les journaux de mon pays m’ont appelé pour m’interviewer et ont bien précisé ma nationalité. Quand les choses vont bien, tout le monde est prêt à dire « c’est l’un des nôtres » mais après…

Rebstar, posé avec son beau parapluie/DR

Mais après ?

Je suis un énorme fan de Barcelone et même s’ils perdent un Clasico, je suis avec eux et je ne dis pas « fuck le Barça ». Ben, ça devrait être pareil avec Zlatan. Le rabaisser quand il est moins bien en l’excluant de la communauté, je ne trouve pas ça bien.

Il est décrit comme arrogant, vous êtes d’accord ?

Il n’a jamais changé, il est honnête et se montre aux gens comme il est. Quand tu grandis dans ce genre de quartier multiculturel comme Rosengard, tu dois te battre pour obtenir ce que tu veux. Il n’a pas attendu que quelqu’un vienne l’aider, il a énormément travaillé et il mérite d’en être là. Vous devez être arrogant parce que quand vous venez de ce quartier, on vous dit « non, tu ne pourras pas être le meilleur joueur du monde ».

Comment décririez-vous Rosengard à un étranger comme moi ?

Votre image du quartier a une chance sur mille d’être bonne (rires). Tous les gens qui y sont allés m’ont ensuite dit « je ne m’attendais pas à ça ». A chaque fois, ils pensent que ça sera tendu et qu’ils vont voir des criminels à chaque coin de rue. En fait, ça n’est pas du tout.

C’est comment alors ?

Franchement, c’est calme. J’y ai vécu pendant seize ans et je n’ai jamais été attaqué. Bon, je me suis battu une fois mais ça n’avait rien à voir, ça aurait pu m’arriver n’importe où. Bref. Rosengard, c’est un quartier comme vous en avez plein à travers le monde. Ce n’est pas l’endroit où tu sors faire la tournée des bars mais c’est là où tu peux élever ta famille et emmener tes enfants à l’école.