Attentats: Pour Iniesta, il y a une « inquiétude inévitable » avant le clasico Real-Barça samedi

FOOTBALL Le clasico a lieu samedi sous haute surveillance...

20 Minutes avec AFP

— 

Neymar face à Sergio Ramos lors du Clasico le 22 mars 2015.
Neymar face à Sergio Ramos lors du Clasico le 22 mars 2015. — Manu Fernandez/AP/SIPA

Les attentats du 13 novembre à Paris et les annulations de plusieurs matches de football ont généré une inquiétude « inévitable » avant le clasico Real Madrid-FC Barcelone samedi, a estimé jeudi le capitaine barcelonais Andres Iniesta, affichant sa confiance dans les mesures de sécurité adoptées.

>> Le clasico est à suivre samedi à partir de 18h

« La situation génère de l'inquiétude pour tout le monde, c'est inévitable », a commenté le milieu international espagnol en conférence de presse. « De ce que je sais, de ce que nous disent les forces de sécurité: sécurité maximale, toutes les mesures possibles, et que tout le monde essaie de collaborer pour que le match puisse se dérouler comme toujours, que le sport soit sur le devant de la scène lors d'un si beau match pour le monde du football. »

Triple cordon de sécurité

Iniesta a assuré n'avoir pas « peur », seulement « une certaine inquiétude ». « Il faut avoir confiance dans les forces de sécurité et les spécialistes. J'espère que samedi tout se passera avec une certaine normalité malgré une situation qui n'est pas agréable pour les gens », a ajouté le joueur.

Après les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris vendredi dernier, les autorités espagnoles ont annoncé un dispositif sans précédent pour encadrer ce choc entre le Real et le Barça samedi au stade Santiago-Bernabeu de Madrid, avec un triple cordon de sécurité et au moins 1.000 policiers déployés.

« Aucune menace spécifique »

Le ministre de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz a néanmoins assuré jeudi matin au micro de la chaîne espagnole Antena3 qu'« aucune menace spécifique » ne pesait sur la rencontre, présentée comme le match de clubs plus regardé au monde avec au moins 500 millions de téléspectateurs attendus.

Le 1er mai 2002, le stade Santiago-Bernabeu avait été visé par un attentat avant une rencontre de demi-finale de Ligue des Champions entre le FC Barcelone et le Real Madrid: une voiture piégée de l'organisation séparatiste basque ETA avait explosé aux abords du stade, blessant 17 personnes, mais le match avait été maintenu.