Angleterre-France: Wembley promet la Marseillaise «la plus émouvante » de l’histoire

FOOTBALL Des milliers de supporters britanniques entonneront l’hymne national français mardi à Wembley lors du match amical Angleterre-France…

Julien Laloye

— 

Le stade Wembley aux couleurs de la France.
Le stade Wembley aux couleurs de la France. — AFP

De notre envoyé spécial à Londres,

Au stade, pour les expatriés de Londres, devant votre télé, seul, en famille, avec des amis, que vous aimiez le foot ou pas d’ailleurs, ce sera presque un devoir que de se lever et de chanter. La Marseillaise promise par Wembley mardi, pour le symbole qu’elle représente dans les circonstances exceptionnelles qui ébranlent la nation dans son ensemble, et au-delà, une certaine idée du monde, pourrait « être la plus émouvante » de l’histoire. Et c’est un Anglais qui le dit, notre meilleur ennemi qu’on ne peut pas soupçonner de complaisance inavouée à l’égard de ses voisins français. Beaucoup d’Anglais, même. Presque tous ceux qu’on a croisés lundi aux alentours du stade de Wembley, en fait.

>> Le match à suivre en direct à partir de 20h30

La der du cahier des sports du Sun

On n’a pas retenu tous leurs prénoms, mais au moins la plus belle évocation d'un moment qui s’annonce chargé d’émotion. Nick est jeune, il a l’âge de ceux qui auraient pu se trouver au Bataclan ou sur la terrasse du Carillon, s’il avait été parisien. Avec sa petite amie Emily, ils ont acheté deux places pour le match au dernier moment. Et ils tiennent à nous montrer sur leur téléphone une vidéo de la Marseillaise, qu’ils ont promis d’apprendre pour ce soir. Bien sûr, l’accent, ce n’est pas encore ça, mais qu’importe : « Le match, on s’en fiche un peu, mais on veut montrer qu’on est tous avec vous. Ce sera la Marseillaise la plus émouvante de l’histoire qu’on entendra à Wembley ». Tout Londres s’est passé la consigne depuis samedi et un tweet de Mark Pougatch, un présentateur sportif connu de ce côté de la Manche. Les journaux l’ont relayé jusqu’à afficher les paroles en Une de leur édition du matin.

« Un chant qui se confond avec l’idée de liberté »

« Dans le monde du sport, La Marseillaise est souvent considéré comme un chant d’identification très fort à l’équipe nationale, résume l’historien Pascal Gueniffey. Mais elle a toujours eu une portée plus large qu’un simple hymne national. On le chante pour célébrer la liberté, l’indépendance, l’idée de nation fondée sur l’égalité. C’est un chant universel qui se confond avec une idée ». Depuis vendredi, elle a été jouée sur tous les terrains du sport du monde pour rendre hommage à la France et célébrer des valeurs frappées au cœur. A Wembley, elle arrachera des larmes à tout un peuple, et ce n’est pas juste pour utiliser des grands mots. Les joueurs, qu’on accuse parfois, enfin quand ils perdent, de ne pas chanter l’hymne national assez fort, ont conscience du moment historique qui les prendra aux tripes. Un peu plus d’une minute de communion qui fera le tour du monde et qui arrivera même jusqu’à Daesh, parce que la passion du football est la chose la mieux partagée de la terre, même chez les barbares. Une minute pour dire que le terrorisme et l’effroi ont déjà perdu.

Wembley aux couleurs de la France/Matt Dunham SIPA

« Ce sera un moment particulier lors de l’hymne national, un moment très touchant qu’il faudra partager ensemble, les joueurs et le public », a témoigné Hugo Lloris lors d’une conférence de presse où la peine était encore immense, sur l’estrade comme dans le public. La Fédération anglaise a décidé d’inverser l’ordre des hymnes : God Save The Queen en premier, et puis la Marseillaise ensuite. Les paroles seront affichées sur l’écran géant du stade pour aider les derniers indécis. Roy Hogdson, le sélectionneur anglais, a montré l’exemple, en français. « Ce ne sera pas facile parce que je ne sais pas combien de gens parlent français dans le public, mais j’encouragerai tout le monde à chanter ». Les joueurs anglais ont prévu de se joindre à leurs camarades tricolores avant le début des hymnes. Ils chanteront, tous, ils pleureront, la plupart. Comme nous, comme vous. Tout ce qui se passera après, sur le terrain, n’a pas d’importance. Cette Marseillaise, elle, restera pour l’éternité.