Attentats à Paris: La FFF n'a rien dit pendant France-Allemagne pour ne pas «créer de panique»

TERRORISME Noël Le Graët s’est présenté face à la presse après la fin du match...

Romain Baheux
— 
Noël Le Graet, président de la Fédération française de football. 
Noël Le Graet, président de la Fédération française de football.  — SOLAL/SIPA

« La fête est complètement gâchée. » Plusieurs minutes après la fin du match amical entre la France et l’Allemagne, le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët s’est présenté face à la presse pour évoquer l’attaque sur le Stade France, qui aurait causé la mort de cinq personnes autour de l’enceinte selon un témoin cité par l’AFP. Si les deux explosions, dont l’une serait le fait d’un kamikaze selon l’agence de presse, ont été distinctement entendues en première période, la rencontre est allée à son terme.



EN DIRECT. Attaques à Paris : L’Assaut terminé au Bataclan, une centaine de morts

« On a pris la décision de ne rien dire à la pause pour éviter de créer la panique. Je ne l’ai dit aux joueurs qu’à la fin du match, explique Noël Le Graët. La sécurité a été augmentée, toutes les portes du stade ont été sécurisées. » A la fin du match, le speaker du Stade de France annoncé que les sorties du secteur est, le plus proche des explosions, étaient fermées et que les spectateurs devaient emprunter les autres accès.

#AttentatParis la foule attend d’être évacuée du stade de France #FRAALL -#FRAGER #staysafeParis. pic.twitter.com/PKjSJvzEFj
— Pierre Tiss (@PierreTiss) November 13, 2015

Quelques minutes après, un mouvement de foule, dont l’origine reste encore floue, a entraîné un brutal retour en arrière des spectateurs qui se sont alors rués vers la pelouse. Dans la cohue, plusieurs personnes ont été piétinées. L’enceinte s’est ensuite progressivement vidée de son public.