Real Madrid-PSG: Ibrahimovic et Ronaldo sont-ils les pires tireurs de coups francs de la planète ?

FOOTBALL Mur, mur, mur, tribunes, gardien, mur, mur, mur…

B.V., à Madrid, avec G.R.

— 

Cristiano Ronaldo avant un coup-franc au Parc des Princes
Cristiano Ronaldo avant un coup-franc au Parc des Princes — J.E.E/SIPA

Disclaimer : Evidemment, si l’un des deux protagonistes de cette histoire marque mardi soir sur coup franc, on n’aura pas l’air à moitié cons. Mais la vie est faite de risques.

Le buste bien droit, jambes écartées d’environ un mètre, bras le long du corps, trois pas d’élan. Quand, dans quelques années, les chaînes de télés produiront des documentaires d’hommages à la carrière de Ronaldo avec du Hans Zimmer en fond sonore, le rituel de Cristiano Ronaldo avant de tirer un coup franc sera l’une des images les plus marquantes. Parce que le Portugais a révolutionné le geste, donnant au ballon un aspect flottant malgré une très grande vitesse. Que ce soit dit : CR7 est un génie des coups de pied arrêtés.

Enfin, était. Après le nul de Madrid à Paris il y a quinze jours, le spécialiste des stats espagnoles MisterChip a publié ce tweet : « Nouveau coup franc de Ronaldo dans le mur. Il n’a marqué que deux fois sur ses 89 dernières tentatives de coup franc direct ». Dans le détail, ça donne :

  • 34 dans le mur
  • 25 sur le gardien
  • 23 dehors
  • 1 sur le poteau
  • 2 buts


Cristiano Ronaldo se pose donc depuis près d’un avec un taux de conversion d’un poil plus de 2 %. A titre de comparaison, il faudrait par exemple que le Romain Miralem Pjanic, considéré comme l’un des meilleurs dans l’exercice, rate ses 162 prochains essais pour redescendre à 2,2 % de but par coup franc direct, comme Ronaldo.

>> A lire aussi : Bienvenue à la Finca, le quartier privatisé des stars du Real

Un constat qui vaut aussi pour Zlatan Ibrahimovic. Si l’on a bien en tête un paquet de mines en lucarnes (6 en tout avec Paris) de Brest, Marseille ou Sochaux, elles commencent à remonter. La dernière ? Le 6 décembre 2014 face à Nantes. Depuis, c’est mur, mur, mur, tribunes, mur, gardien, tribunes, mur, mur, mur…


Un classement des meilleurs tireurs de coup franc en 2014-15 faisait de nos deux loustics quelque chose comme les pires d’Europe, avec un taux de conversion entre 4 et 6.

Capture d’écran des stats sur les coup francs en 2014/15 - Capture d’écran

C’est évidemment bien pire depuis. Mais le problème, c’est que les deux continuent de vampiriser absolument tout ce qui se trouve à moins de 40 mètres du but adverse, sans laisser le choix à personne. Une question de charisme, sans doute, mais en attendant, avec Bale ou James d’un côté, David Luiz ou Di Maria de l’autre, ils ont pourtant des solutions de rechange parmi les meilleures d’Europe.

En grand spécialiste du je-fais-exploser-le-patatomètre-mais-ça-finit-souvent-derrière-la-tribune, on a donc demandé son avis à Laurent Robert, ancien spécialiste des coups francs en force avec le PSG. Et il est à peu près d’accord avec nous et ajoute deux données essentielles

1/Ils sont trop prévisibles

« Ces deux-là veulent tout le temps marquer, donc tout le temps tirer. S’ils pouvaient à la fois tirer les corners et en être à la réception, ils le feraient aussi. Ce n’est pas forcément une bonne option de toujours faire frapper le même joueur. Quand je jouais, je tirais souvent. Mais comme j’étais gaucher, je prenais toujours un droitier avec moi. Et de temps en temps, je le laissais frapper pour destabiliser le gardien. On ne place pas le mur de la même manière face à un gaucher ou un droitier. Être à deux l’oblige à un compromis qui peut servir au tireur. Zlatan et Cristiano gagneraient à donner plus d’incertitudes aux gardiens adverses. »

2/Ils devraient se contenter des coups francs lointains

« Zlatan et Ronaldo tirent de la même manière, en force, car ils ont des frappes puissantes. A courte distance, c’est souvent mieux de laisser frapper des tireurs qui savent mettre de l’effet, comme le faisait Juninho, mais aussi Messi. Tout le monde sait mettre une frappe puissante, envelopper un ballon, ça demande beaucoup plus de travail. Ils ne devraient pas frapper les coups francs à moins de 25m. Ils n’ont pas un geste assez technique pour ça. A Paris, pour les fautes à moins de 25 m, je recommande Cavani voir Di Maria quand c’est à gauche. Zlatan et David Luiz devraient se contenter des fautes plus éloignées. A Madrid Ronaldo pourrait laisser frapper Bale et James Rodriguez à courte distance. »

Reste évidemment à trouver le courageux qui ira voir l’un ou l’autre dans le vestiaire pour lui expliquer que maintenant il faut laisser le ballon à ses petits copains. A priori, ce ne sera pas le coach du Real, Rafa Benitez, qui avait expliqué qu’« à l’entraînement, Cristiano les frappe bien et j’ai confiance. Je lui dirai de vous faire une vidéo ».