PSG: Nos bonnes raisons pour convaincre Zlatan Ibrahimovic de filer en MLS

FOOTBALL L'attaquant parisien pourrait rejoindre Miami...

Antoine Maes

— 

L'attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic, le 25 octobre 2015, au Parc des Princes.
L'attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic, le 25 octobre 2015, au Parc des Princes. — MIGUEL MEDINA / AFP

Alors comme ça, Zlatan Ibrahimovic est tenté par les Etats-Unis ? C’est L’Equipe qui le dit ce mercredi, donc c’est sérieux. Le Suédois du PSG pourrait rejoindre la MLS en portant les couleurs de la future franchise de Miami, lancée par son ancien coéquipier à Paris, David Beckham. Au cas où Ibra hésiterait encore, 20 Minutes essaie de le convaincre de franchir l’Atlantique.

Parce qu’il va quand même gagner pas mal d’argent

Selon les estimations, le Zlatan du PSG tourne autour de 15 millions d’euros par an au PSG. Et bien figurez-vous qu’il pourrait espérer maintenir son train de vie en MLS, malgré les contraintes du salary-cap. « Il y a trois designated-players par équipe, explique Edouard Lacroix, consultant en recrutement pour la MLS. On peut faire ce qu’on veut : il y a 300.000 dollars qui sont compris dans la masse salariale du joueur et tout ce qui est au-dessus est pris en charge par le club. » Quant à la durée du contrat, elle fait envie, surtout pour un joueur de 34 ans : « Trois ans de contrat plus une ou deux saisons en option. On est à peu près sur le même cas avec Didier Drogba. »

Parce que Miami

Parce que le niveau est bon (et qu’il s’améliore)

Oui, Zlatan Ibrahimovic est un peu égratigné ces derniers temps, notamment pour ses performances en Ligue des champions. Mais le mec est encore pas mal. Trop faible pour Ibra, la MLS ? « Le championnat s’est amélioré, répond Edouard Lacroix. Si on doit comparer avec la L1, c’est du milieu de tableau, et ça va augmenter. Quand on voit que Zlatan est potentiellement chassé par le Milan AC et d’autres grands clubs… Et le niveau des joueurs qu’on recrute en Amérique du sud et en Europe est de plus en plus élevé. Ce qu’on cherche en ce moment ce sont des joueurs comme Giovinco, qui ont moins de 30 ans, qui auraient pu avoir un énorme avenir en Europe dans des clubs de Ligue des champions mais qui ont fait le choix des Etats-Unis. C’est aussi ça, le renouveau de la MLS. »

Parce qu’on devrait l’aider à marquer

Damien Périnelle, ancien défenseur de Clermont et Boulogne, joue désormais à New York. La MLS, il est fan : « Je conseille à tout le monde de venir ici. » « Mes amis qui suivent la L1 et qui regardent les matchs disent qu’ils se font moins chier. Ça bouge, il y a du rythme… Il sera exceptionnel, il sera adroit, mais très franchement, c’est un rythme élevé ! Ça va plus vite qu’en L1. Ça ressemble à un championnat anglais de bas de première division, avec des matchs un peu foufous où il faut un peu courir. Mais s’il y en a neuf qui courent pour lui, ça ira. Et puis il sera protégé par la MLS, par les arbitres. On siffle plus facilement des fautes à un Drogba qu’à un Bradley Wright-Philipps. Ils n’ont pas le même impact. »

Parce que Miami

Parce qu’il aurait six mois de vacances

Détail d’importance, surtout à l’âge d’Ibra. Si c’est à Miami qu’il s’engage, l’actuel attaquant parisien ne commencerait que lors de la saison… 2017. En clair, Zlatan Ibrahimovic a le temps de terminer son contrat au PSG (en juin 2016), d’enchaîner avec l’Euro 2016 (si la Suède se qualifie), et même d’enchaîner avec les JO de Rio en 2016. Et de s’avaler au moins six mois de vacances à la cool.

Parce qu’on ne dit pas non à un ami

« Avoir Beckham comme président de club, c’est quand même sympa », soupire Damien Périnelle. « Il n’y a pas grand-chose de mieux qu’une star comme Zlatan Ibrahimovic pour lancer une franchise », reprend Edouard Lacroix. Les deux hommes ont joué ensemble à Milan puis au PSG. En somme, ils sont potes. Et être pote avec son patron, c’est quand même cool non ?

Je te signe les yeux fermés, Zlatan (AFP PHOTO/FRED DUFOUR)

Parce qu’il a le profil d’une star à l’américaine

Zlatan le vantard peut-il plaire à l’Amérique ? Est-il encore une star là-bas, malgré ses années de Ligue 1 ? « C’est quoi cette question ? Bien évidemment ! C’est un des joueurs mythiques en Europe en ce moment, reprend Edouard Lacroix. Il a une réputation, il est controversé, il est magnifique, il a tous les superlatifs. Il est parmi les cinq joueurs européens que les Américains connaissent. Le sport US de toute façon aime beaucoup les individualités, les grosses vedettes comme LeBron James. » On déconseillera par contre à Ibrahimovic de se laisser aller à un « pays de merde » en MLS.

Parce qu’il va kiffer les ambiances dans les stades

On n’ira pas jusqu’à dire que Zlatan Ibrahimovic se fait siffler sur tous les stades de Ligue 1. Mais en dehors du Parc, son image est un peu brouillée en France. Aux Etats-Unis, il retrouvera une ambiance beaucoup plus cool. « On joue vraiment dans de bonnes conditions, reprend Damien Périnelle. Les stades sont un peu moins grands mais presque tout le temps pleins. C’est une ambiance bon enfant. Il n’y a pas de haine contre l’adversaire, ils viennent pour le spectacle, ils prennent leur bière et ils s’amusent, c’est sympa à vivre. »