Le Sud-Africain Victor Matfield, 2e ligne des Springboks dont il sera capitaine samedi à Durban contre la Nouvelle-Zélande dans le cadre du Tri-nations, s'est engagé avec le RC Toulon, a annoncé jeudi le président du club varois de ProD2, Mourad Boudjellal.
Le Sud-Africain Victor Matfield, 2e ligne des Springboks dont il sera capitaine samedi à Durban contre la Nouvelle-Zélande dans le cadre du Tri-nations, s'est engagé avec le RC Toulon, a annoncé jeudi le président du club varois de ProD2, Mourad Boudjellal. — Gianluigi Guercia AFP/Archives

CRI DE GUERRE

L'Afrique du Sud veut son haka

Pour motiver ses troupes, l'entraîneur des Springboks veut s'inspirer d'une danse Zoulou...

Les Boks copient les Blacks. L'équipe sud-africaine aura sa propre version du haka, qui sera basée sur une danse des guerriers zoulous.

L'entraîneur des Springboks, Jake White, a déclaré avoir demandé l'autorisation à sa fédération nationale de réinterpréter une danse guerrière utilisée autrefois par les joueurs pour se donner d
u courage. «Les livres d'histoire montrent qu'en 1926 les Springboks exécutaient une danse guerrière zoulou lors des grands matches», a-t-il déclaré depuis Auckland au quotidien sud-africain «The Star».

«Pour défier la Nouvelle-Zélande»

«La Nouvelle-Zélande a recémment mis au point un nouvel haka et, franchement, je voudrais utiliser le nôtre pour les défier», a-t-il ajouté, précisant que son équipe exécutait déjà cette danse rituelle depuis quatre ans, dans les vestiaires. Le haka des All Blacks, inspiré d'une danse utilisée par les Maoris pour défier l'ennemi, fait depuis longtemps partie du rituel d'avant-match de l'équipe néo-zélandaise. Allez, on s'en mate un pour le plaisir...



Le problème, c'est que les Boks ne comptent aucun Zoulou dans leur équipe, au contraire des Maoris dans celle de Nouvelle-Zelande. Et que voir une ribambelle de descendants d'Afrikaners (pas étrangers à la lente disparition de ce peuple, par ailleurs) tenter de ressembler au mieux à Johnny Clegg, ça risque de faire bizarre... Essayons d'imaginer...