Thomas Voeckler ambitieux

©2007 20 minutes

— 

Un coup pour rien. Dimanche, Thomas Voeckler a été l'un des animateurs de la 8e étape du Tour de France entre Le Grand Bornand et Tignes), avec une tentative d'échappée en début de course. « Je suis sorti seul avec l'espoir qu'un petit groupe de coureurs revienne sur moi. Ça a été le cas, mais ils étaient trop nombreux et certains bien classés, regrette le natif de Schiltigheim. J'ai su que c'était voué à l'échec. »

Le coureur Bouygues Telecom ? actuellement 65e à 31'30 du Danois Rasmussen ? avoue avoir bien profité, hier, de la journée de repos pour reprendre un peu de force avec un petit entraînement, une sieste et un massage. « J'ai de bonnes sensations et ne suis pas trop fatigué. En fait, c'est la première fois que, sur le Tour, je connais une première semaine aussi tranquille. » Pour Voeckler, le rythme raisonnable du peloton s'explique par « une course très ouverte où les équipes ont économisé les coureurs pour avoir le maximum d'équipiers autour des leaders dans la deuxième partie de Tour ».

L'ancien maillot jaune fonde quelques espoirs sur les prochains jours pour réussir un coup d'éclat sur la Grande Boucle. « Maintenant, les échappées ont plus de chance d'aller au bout, prédit déjà l'Alsacien. Il va falloir essayer tous les jours d'être dans la bonne. D'autant que le général n'est pas mon objectif. » Auj-ourd'hui, l'étape Val d'Isère-Briançon devrait être animée. « Il faudra que les jambes suivent. Sinon, c'est la journée galère et alors j'irai me mettre dans le gruppetto pour rejoindre l'arrivée. »