Crise des instances: Les clubs de L2 «en discussion» avec la L1 pour arranger les choses

FOOTBALL Les suejts de divergence sont nombreux en ce moment au sein du foot français...

N.C. avec AFP

— 

Le président de la FFF Noël Le Graët (g) et celui de la LFP Frédéric Thiriez, le 12 juillet 2012 au Havre
Le président de la FFF Noël Le Graët (g) et celui de la LFP Frédéric Thiriez, le 12 juillet 2012 au Havre — Charly Triballeau AFP

Après avoir menacé de saisir le Conseil d'Etat, le syndicat historique des clubs de football recomposé autour de la Ligue 2, l'UCPF, a indiqué vendredi par la voix de son président Guy Cotret être «en discussion» avec les clubs de Ligue 1 rassemblés sous l'entité rivale «Première Ligue».

Le CA de la LFP avait choisi jeudi dernier un nouveau représentant des clubs pour siéger en son sein: Première Ligue, nouvellement créé par 19 clubs de Ligue 1 (tous sauf Guingamp). Et ce au détriment de l'Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF), créée en 1990, qui y siégeait jusque-là. Ce syndicat ne compte plus que 24 membres: 20 de L2, 1 de L1, 3 de National. L'UCPF contestait son remplacement.

Ouvert à la discussion «si tout le monde veut aller dans le bon sens»

«Nous n'avons reçu qu'hier (jeudi) le procès verbal du Conseil d'administration de la LFP, et nous aurons une conférence téléphonique lundi avec les collègues de Ligue 2 pour regarder si un éventuel compromis est possible», a expliqué à l'AFP Guy Cotret, évoquant des «discussions avec Première Ligue».

«Nous sommes sur une plateforme de négociation qui n'englobe pas que la représentativité au Conseil d'administration de la LFP, mais également la question des montées et descentes, les droits télés, le nombre de clubs par championnat et aussi la création d'une confédération, d'un groupement auquel les deux syndicats seraient éventuellement adhérents», a énuméré le président de l'UCPF. M. Cotret a précisé être «incapable de dire s'il y a adhésion de (s)es collègues» mais a affirmé être ouvert à la discussion «si tout le monde veut aller dans le bon sens».