Coupe du monde de rugby: Après Pascal Papé, Philippe Saint-André ironise sur les forces de l'Irlande

RUGBY Les Bleus joueront la première place de leur poule dans dix jours...

R.B.

— 

Philippe Saint-André avant France-Roumanie le 23 septembre 2015.
Philippe Saint-André avant France-Roumanie le 23 septembre 2015. — MATTEO CIAMBELLI/SIPA

De notre envoyé spécial à Milton Keynes (Angleterre),

L’heure est au second degré au sein du XV de France. Visiblement agacés d’entendre souligner en permanence les qualités de l’Irlande, leur adversaire pour la première place du groupe dans dix jours, les Bleus jouent à mort la carte du on-est-nuls-vous-avez-raison. Après Pascal Papé jeudi soir dans les couloirs du stade Milton Keynes, Philippe Saint-André s’est à son tour lancé dans un petit numéro d’ironie au lendemain du succès bonifié contre le Canada (41-18).

>> Cliquez sur l’image pour lire notre 21 Minute consacrée à la mêlée à l’occasion de la Coupe du monde de rugby.

« Il paraît que l’Irlande a été exceptionnelle contre la Roumanie. Ils sont beaux, ils sont costauds et ils jouent en vert (sic) », souligne PSA. Très bien, mais plus sérieusement, on a quand même jamais battu le XV du Trèfle en quatre ans, soit depuis le début du mandat de l’actuel sélectionneur. Et ça, comment on l’explique ?

« On fait deux matchs nuls, on perd à domicile en ratant une pénalité à 25 m en face des poteaux (20-22 en 2014) et on perd là-bas cette année sans encaisser d’essai ? La différence n’est pas aussi grande que les gens peuvent le dire », glisse le sélectionneur des Bleus, avant de sortir un nouveau « l’Irlande est exceptionnelle » en guise de réponse à une interrogation sur les ballons aériens des hommes de Joe Schmidt. C’est parti pour dix jours de franche rigolade.