Materazzi ne baissera pas les yeux

FOOTBALL Débuts des provocs entre Français et Italiens…

D'après AFP

— 

Zinédine Zidane a été "super arrogant" et "je l'ai insulté", a reconnu le joueur italien Marco Materazzi qui a provoqué le Français, ce dernier lui donnant un coup de tête qui lui a valu l'exclusion en finale du Mondial de football, selon La Gazzetta dello Sport de mardi.
Zinédine Zidane a été "super arrogant" et "je l'ai insulté", a reconnu le joueur italien Marco Materazzi qui a provoqué le Français, ce dernier lui donnant un coup de tête qui lui a valu l'exclusion en finale du Mondial de football, selon La Gazzetta dello Sport de mardi. — John MacDougall AFP

Le match Italie-France est dans près de deux mois, le 8 septembre, mais cela commence déjà à se chambrer par presse interposée. Le premier à dégainer, forcément: Marco Materazzi. «Je les regarderai dans les yeux, sans baisser la tête, même pas une seule seconde». Il vaudrait mieux, la dernière fois qu’il a baissé les yeux, il a pris un crâne chauve dans le buffet.

Confession dans la «Gazzetta»

Un an tout juste après la victoire en Coupe du monde aux dépens de la France (1-1, 5 t.a.b. à 3), La «Gazzetta dello Sport» consacre lundi un supplément à la victoire des Azzurri dans lequel Materazzi se confie longuement.

Le défenseur, victime du plus célèbre coup de tête de l'histoire du sport, explique notamment qu'il a hâte de retrouver les Bleus en qualifications de l'Euro-2008, d'autant que, suspendu pour ses provocations à l'égard de Zidane, il avait été privé du match aller en France (défaite italienne 3-1 en septembre 2006).

«Déséquilibre» de la sanction

«Le match à Paris, on ne me l'a pas fait jouer et je l'ai ressenti comme une erreur, surtout en raison du déséquilibre entre ma sanction et celle de Zidane», assure celui que l'on surnomme «Matrix» en Italie.

«Je les regarderai dans les yeux, sans baisser la tête»

«Mais maintenant c'est fini, poursuit-il. Aujourd'hui, j'attends sur le terrain monsieur Domenech et tous ceux qui, au cours des derniers mois, se sont permis d'exprimer des jugements sur Materazzi. Je les regarderai dans les yeux, sans baisser la tête, même pas une seule seconde. Eux, je ne sais pas».

Le défenseur a aussi annoncé: «le 27 août sortira ma biographie et je dirai toute la vérité sur ce qui s'est passé». De quoi mettre un peu plus d’huile sur le feu. A l'occasion de la sortie du livre, Marco Materazzi invitera journalistes français et italiens pour une dernière explication avant le match Italie-France du 8 septembre. «Je parlerai ce jour et puis je ne parlerai plus jusqu'au jour du match».

«Faculté de tomber facilement»

Il est vrai qu’en matière de provocations, Materazzi est tombé face à un maître, en l’occurrence Raymond Domenech, qui avait assuré en septembre: «Je ne veux pas revenir sur la Coupe du monde, mais si on parle de généralités, oui: il faut tout nettoyer, les provocateurs aussi, et il (Materazzi) est en tête de liste.» Puis en janvier, il avait également ironisé sur la «faculté de tomber facilement» du joueur de l'Inter, glissant malicieusement qu'il devait avoir «une faiblesse quelque part».

A la suite du coup de tête de la finale du Mondial, Materazzi a été suspendu deux matches par la Fédération internationale (Fifa), tandis que Zidane, en raison de l'arrêt de sa carrière, a vu sa peine de trois matches de suspension convertie en trois journées à la disposition de la Fifa.