Grand ciel bleu pour Rodriguez

©2007 20 minutes

— 

Les Uruguayens du Paris Saint-Germain ne sont pas tous logés à la même enseigne en ce début d'été. Tandis que Carlos Bueno s'est attiré les foudres de Paul Le Guen pour avoir séché la reprise de l'entraînement il y a dix jours, Cristian Rodriguez brille de mille feux avec la « Celeste », qualifiée pour les demi-finales de la Copa America après son succès 4-1 sur le Venezuela, samedi soir.

A l'image d'une sélection pâlichonne en début de compétition (un seul but marqué en phase de poule), « Cebolla » a nettement hissé son niveau de jeu. Installé sur le flanc gauche par l'entraîneur uruguayen Oscar Tabarez, le feu follet a réussi un festival face au pays organisateur : un but en fin de match et une activité de tous les instants qui aurait été davantage récompensée sans la maladresse initiale de ses attaquants. « On n'était pas bien lors de la première phase et cela a conduit certains à penser que ce serait un désastre, qu'on rentrerait prématurément à la maison, expliquait Rodriguez. Mais grâce à notre "garra" [combativité ­typique des Uruguayens] et à notre jeu patient, nous avons triomphé. Et nous avons désormais une belle occasion d'atteindre la finale. »

Ecarté de la « Celeste » pendant deux ans suite à son départ mouvementé pour le PSG, durant l'été 2005, l'ancien joueur de Peñarol Montevideo tient sa revanche après avoir débuté la compétition sur le banc. L'un des jokers préférés de Paul Le Guen devrait sans doute être l'un des fers de lance uruguayen face au favori brésilien, demain soir, en demi-finale.