Coupe du monde de rugby: On a parlé à deux Français qui ont chanté «La Marseillaise» lors d'Angleterre - Fidji

RUGBY L'hymne national tricolore a retenti en pleine rencontre...

Romain Baheux

— 

Les Anglais ont dominé les Fidji à Twickenham le 18 septembre 2015.
Les Anglais ont dominé les Fidji à Twickenham le 18 septembre 2015. — ADRIAN DENNIS / AFP

De notre envoyé spécial à Londres (Angleterre),

Imaginez un peu la scène. 10 Juin 2016, l’équipe de France de football lance son Euro contre l’Islande au Stade de France. Soudain, un God Save The Queen submerge l’enceinte dyonisienne. Ça serait très vexant non ? Cette petite humiliation, les Anglais l’ont vécue vendredi lors du match d’ouverture de leur Coupe du monde de rugby entre le XV de la Rose et les Fidji quand une Marseillaise a retenti dans Twickenham à la 54e minute de jeu.

«C'est parti de la tribune située derrière l'en-but anglais, au dernier niveau à gauche derrière les poteaux », décrit Julien Plazanet, venu en Angleterre pour le match. « Ça a commencé à monter et on a pris l’hymne en route, on trouvait ça rigolo, raconte Antoine Barbier, supporter des Bleus installé à Londres et présent à Twickenham pour assister à la victoire des hommes de Stuart Lancaster (35-11). Mon voisin anglais s’est tourné vers moi et m’a dit "what the fuck", tellement il était surpris d’assister à ça. Autour de moi, je voyais que les gens se demandaient "mais c’est quoi ce bordel". »

Et bien, ce sont les supporters tricolores, venus de ce côté de la Manche pour profiter du lancement de la Coupe du monde. Parmi les 20.000 attendus pour France-Italie samedi soir dans la même enceinte, certains ont profité des offres groupées pour se faire un bon week-end rugby à Londres. « Autour de Twickenham, on voyait des gens avec des maillots du XV de France, des pancartes "Allez les Bleus". J’ai même vu des gens déguisés en Gaulois », décrit Antoine.

Des Français présents à Twickenham vendredi/LEON NEAL-AFP

Si une autre tentative de Marseillaise débute «cinq à dix minutes après», les soutiens du XV de la Rose lancent un Swing Low Sweet Chariot, l’un de leurs chants fétiches, pour couvrir notre hymne national. « L’ambiance était bonne, ça s’est fait sans aucune agressivité, poursuit Antoine Barbier. Dans le Tournoi des six nations, les deux camps passent aussi leur temps à se répondre en chanson. Là, ils étaient un peu vexés… » On les comprend.