Equipe de France: Le talent de Fekir mérite-t-il qu’on change tout ?

FOOTBALL Didier Deschamps pourrait modifier sa tactique pour faire une place de titulaire au Lyonnais…

B.V.

— 

Nabil Fekir avec le maillot de l'équipe de France/Credit:NIVIERE/SIPA/1503270257
Nabil Fekir avec le maillot de l'équipe de France/Credit:NIVIERE/SIPA/1503270257 — SIPA

Contrôle en pleine course, feinte de frappe, crochet extérieur, petite frappe subtile en déséquilibre, poteau rentrant. Et un chef d’œuvre face à Caen, Nabil Fekir a décroché la mâchoire de toute l’Europe. En l’accompagnant de deux autres buts dans le même match, le Lyonnais a surtout confirmé qu’il savait tout faire : dribbler, tirer en force, placer en finesse, marquer et faire marquer, gagner des matchs à lui tout seul.

N’ayons pas peur de le dire, il est le plus grand talent que la France ait connu depuis Zidane. Avec tout ce que le terme de « talent » inclut en prudence, surtout quand on fait le compte des sacrifiés sur l’autel d’une comparaison hâtive avec Zizou. Fekir, 22 ans, n’est pas un joueur « fini », il lui manque encore de la régularité, du volume et de l’expérience au plus haut niveau. « Je suis encore jeune, je n’ai rien prouvé », admet-il sans mal à L’Equipe.

Deschamps : « Nabil a vraiment beaucoup de qualité »

Mais la France peut-elle se permettre d’attendre pour lui faire confiance ? Vu sa léthargie offensive en 2015, la réponse semble évidente. Avec ses tournures tout en nuances, le sélectionneur Didier Deschamps résume le problème : « Il a intégré le groupe France et il va maintenant falloir qu’il s’affirme, ce qui va passer par du temps de jeu pour continuer sa progression. Mais en termes de potentiel, Nabil a vraiment beaucoup de qualité. » En clair : il a pris le pouls du niveau international lors de ses quatre premières sélections (les quatre fois remplaçant), mais il est beaucoup trop fort pour qu’on le cantonne éternellement à ce rôle de joker.

D’ailleurs, les mises aux places aux entraînements avant le match face au Portugal confirment que Fekir devrait débuter vendredi comme titulaire, aux côtés de Benzema en attaque. Dans un schéma avec deux attaquants proche de celui de Lyon, mais que Deschamps avait critiqué dans L’Equipe, estimant « qu’il ne convenait pas au haut niveau ». Une nouvelle organisation qui amènerait surtout le sélectionneur des Bleus à abandonner (au moins temporairement) son habituel 4-3-3 (avec Griezmann et Valbuena sur les côtés) et à déplacer de sa zone habituelle Paul Pogba, tout ça moins de dix mois de l’Euro.

L’équipe de France « classique » en 2015, sans Fekir


La composition probable face au Portugal vendredi, avec Fekir

L’objectif : mettre à l’aise le joyau Fekir, l’exempter de certaines tâches défensives sur les côtés et l’installer devant le but. « A mes yeux, c’est là qu’il est le plus efficace, assure son entraîneur à Lyon, Hubert Fournier. Parce qu’il est tellement important dans les zones de vérité qu’il n’a pas besoin d’aller gaspiller de l’énergie dans le cœur du jeu. »

Plus qu’une question de schéma, c’est une question d’homme. Deschamps doit-il revoir toutes ses bases pour le talent d’un seul homme ? Doit-il en déjà en faire un titulaire pour qu’il soit prêt à en enfiler le costume à l’Euro ? La composition d’équipe qu’il dévoilera vendredi une heure avant la rencontre sera déjà un élément de réponse. La performance de Fekir en sera un autre, autrement plus significatif.