Coupe du monde de rugby: On a décrypté la conférence de presse de Philippe Saint-André avant l'Ecosse

RUGBY Les Bleus disputent leur ultime match de préparation samedi...

Romain Baheux

— 

Philippe Saint-André le 20 février 2014.
Philippe Saint-André le 20 février 2014. — Huw Evans Agency/REX/REX/SIPA

Dans une conférence de presse, il faut savoir lire les sous-entendus dans les propos de l'orateur, souvent teintés de langue de bois. L’annonce jeudi matin de la composition du XV de France pour l’ultime match de préparation du Mondial contre l’Ecosse samedi n’a pas fait exception. Petite lecture entre les lignes de l'intervention du sélectionneur Philippe Saint-André.

« J’ai fait le choix de garder l’ossature de l’équipe alignée contre l’Angleterre »

Fini de rire mes grands. Après avoir passé tout le monde en revue lors des deux premiers matchs contre le XV de la Rose, Philippe Saint-André a renouvelé sa confiance envers treize des titulaires victorieux au Stade de France pour débuter contre l’Ecosse. Et encore, les deux seuls changements sont dus au retour de blessure du capitaine Thierry Dusautoir et à un forfait de Yoann Maestri. Au mieux, les autres membres des 31 auront droit au banc de touche pendant le Mondial. Au pire, ils chaufferont une place en tribunes. « Certains se préparent déjà mentalement à jouer contre la Roumanie », a poursuivi Saint-André, pour évoquer le deuxième match de poule, programmé quatre jours après la rencontre initiale contre l’Italie. Bref, les Dulin, Guitoune ou Ouedraogo doivent se préparer à affronter les pipes de notre groupe.

« Ce XV peut ressembler à l’équipe qui rencontrera l’Italie, tout dépendra de la performance collective, du niveau de forme et des petites blessures »

Ok, les titulaires ont une longueur d’avance très importante mais on tente quand même de leur mettre la pression pour la forme. Après tout, ça serait mal vu de lâcher qu’on peut se la couler douce et en prendre trente contre les Ecossais à la maison sans que cela puisse bousculer la hiérarchie pour le Mondial. Pour la suite de la phrase, comprenez qu’il faudrait qu’un remplaçant fasse quatre fois le tour de la pelouse du Stade de France samedi soir ou qu’un des titulaires se pète pour changer la donne.

« Picamoles a besoin de jouer à cette intensité et d’avoir des repères collectifs »

Son truc à Louis, c’est renverser les adversaires comme une brute et leur marcher sur le nez pour que ses potes puissent ensuite profiter des espaces. Pour cela, le Toulousain a besoin de trois choses.

  • De ne pas être dérangé par les blessures
  • De bénéficier d’une énorme préparation physique
  • D’enchaîner les matchs pour prendre son rythme de croisière

Samedi, le troisième ligne centre profitera de la rencontre pour enchaîner sa troisième titularisation en autant de matchs de préparation avant le Mondial. En gros, Philippe Saint-André nous dit que le staff des Bleus prépare la bête pour le Mondial où il fera ce qu’il a toujours fait.

« Le manque de respect à l’égard de Rémi Tales me chagrine »

Attention, pas touche. Présenté en permanence comme le mec qui doit sa place à ses affinités avec les cadres, Rémi Tales s’est agacé de cette réputation jeudi matin dans L’Equipe. Si Philou le soutient, c’est que cette réputation présente François Trinh-Duc, évincé des 31 au profit du nouveau joueur du Racing Métro, comme la victime d’un copinage de vestiaire et non d’un choix purement sportif. Bref, en sauvant le soldat Tales, il défend aussi son pré carré. « Il a gagné un titre de champion de France, il est dans le groupe depuis deux ans, martèle Saint-André. C’est un grand monsieur. ».