Tsonga et Rezaï, les génies en herbe

©2007 20 minutes

— 

Sur les quatorze joueurs français engagés hier matin, six d'entre eux ont empoché leur billet pour les 16es de finale. Outre les valeurs sûres telles que Mauresmo, Mathieu et Monfils, Jo-Wilfried Tsonga a su tirer son épingle du jeu. Le jeune Manceau, 110e mondial en raison de multiples blessures contractées depuis deux ans, réussit une impressionnante saison sur gazon (succès aux challengers de Lanzarote et Surbiton, victoire sur Lleyton Hewitt au Queen's), et n'a fait qu'une bouchée de l'Equatorien Nicolas Lapentti (6-4, 6-2, 6-3), hier. « Il y avait beaucoup de tension mais cela ne m'a pas empêché de bien jouer. Le premier set a été décisif. C'est une sorte de rêve qui se prolonge », confie « Jo », invité par les organisateurs du tournoi.

Le « revival » d'Aravane Rezaï est tout aussi déroutant. La joueuse d'origine iranienne, qui s'était inclinée au premier tour de 12 de ses 14 derniers tournois, a gagné sa place en 16e de finale grâce à son succès sur Francesca Schiavone (6-4, 2-6, 6-4). « Cette surface convient bien à ma tactique de jeu, car je peux attaquer à tout-va. Maintenant, un gros morceau se présente », explique Rezaï, future adversaire d'Ana Ivanovic, la finaliste de Roland-Garros. Autre bonne surprise, le parcours d'Edouard Roger-Vasselin, victorieux (7-6, 6-4,7-5) de Juan Ignacio Chela et adversaire dès aujourd'hui de Richard Gasquet au troisième tour. « Avec Richard, on se connaît par coeur. Il faudra innover, surprendre, varier un peu et se faire plaisir », annonce le coéquipier du n°1 français au Paris Jean-Bouin.