Henman passe et les Anglais respirent

©2007 20 minutes

— 

« Pour avoir un Anglais en deuxième semaine, il faudrait qu'il pleuve pendant toute la première semaine. » Adeptes de l'autodérision, les Britanniques ont failli voir leur adage se vérifier dès le premier tour. En l'absence d'Andy Murray, blessé, leur chouchou Tim Henman a lutté face à Carlos Moya pour l'emporter après sept balles de match et quatre heures de jeu (6-3, 1-6, 5-7, 6-2, 13-11) réparties en deux jours. « Je tiens à remercier le public qui m'a soutenu tout au long de la partie, ainsi que Carlos, qui est monté courageusement à la volée et sans qui ce formidable match n'aurait pas eu lieu », expliquait après coup « Gentleman Tim ».

Dans le tableau féminin, les espoirs de voir les Anglaises se distinguer sont tels que, selon les bookmakers, il y a bien plus de chances que la vie extraterrestre soit prouvée (100 contre 1) qu'une joueuse locale remporte Wimbledon (1000 contre 1).