« Je dois frapper un grand coup »

©2007 20 minutes

— 

Marina Jaunatre

Ex-sociétaire de l'US Vallet,

actuellement à Vienne Futuroscope.

Vous prendrez demain matin le départ

du contre-la-montre des championnats

de France. Vous considérez-vous

comme une favorite ?

Non. Je préfère me considérer comme une outsider. Car l'année dernière, je suis tombée de haut. J'étais très confiante avant la course. Or, j'ai terminé 4e et échoué à quelques secondes du podium. De plus, il y a du beau monde sur ce chrono. Notamment Jeannie Longo, qui est toujours là, et qui est encore plus forte cette année. La pression est sur ses épaules...

Malgré une place de n° 1 française,

vous restez toujours dans l'anonymat...

Cette place de n° 1 ne veut pas dire grand-chose. Elle récompense une régularité tout au long de l'année. Moi, il me manque une grosse perf au niveau national ou mondial. Je suis présente sur les courses. Récemment, j'ai terminé 12e à la Flèche Wallonne, 20e au Tour des Flandres... Mais je dois frapper un grand coup sur la table pour sortir de l'anonymat. J'ai 25 ans, le temps passe. Et je ne compte pas courir un demi-siècle comme Longo [Jeannie Longo a bientôt 49 ans] !

Arrivez-vous toujours à concilier votre métier de postière avec le haut niveau ?

Depuis avril, j'ai été complètement détachée de La Poste. Je me considère donc comme une professionnelle. De toute façon, je ne pouvais plus concilier les deux. Me lever tous les jours à 5 h pour aller travailler et m'entraîner la journée m'était devenu impossible...