Juninho flingue Govou (qui l’avait flingué avant)

P. K. (avec AFP)

— 

Govou et Juninho laissent enfin éclater leur joie.
Govou et Juninho laissent enfin éclater leur joie. — REUTERS / Robert Pratta

Dix jours plus tard, le lion se réveille. Après avoir essuyé une violente salve de la part de son coéquipier Sidney Govou le 7 juin dernier, le capitaine lyonnais a finalement répliqué, dans une interview accordée à France Football à paraître mardi.

Star wars

Sidney Govou avait mis en cause la starisation de Juninho. «A partir du début de saison, (l'entraîneur) Gérard Houllier et (le président) Jean-Michel Aulas ont décidé de proclamer Juninho "star de l'équipe". Moi je m'en fous, mais ça a posé de gros problèmes à beaucoup de joueurs importants de l'équipe».

Réponse de Juninho: «Si je le comprends bien, il prétend que certains joueurs seraient jaloux de moi en raison de mon prétendu statut de star (...). Ce n'est pas une mentalité de grand joueur de penser et de dire de telles choses».

«Qu'il donne des noms!»

La pilule a du mal à passer pour le capitaine lyonnais, actuellement en vacances au Brésil. «Je lis que certains joueurs veulent avoir plus d'espace, a continué Juninho, mais qui? Qu'on me le dise! Ça c'est peut-être le plus grave... Govou ne doit pas se cacher derrière les autres et doit dire qui sont ces joueurs. Qu'il donne des noms!»

«Il faut qu'il ait du cran»

Comme tout bon capitaine, il propose comme ultime solution une belle séance d’autocritique collective: «Pour moi, ça ne change rien. Je vais faire mon boulot comme d'habitude et remplir mes obligations à 100%, a assuré le milieu de terrain de l'OL. Mais l'idéal serait que les joueurs parlent. Il faut écouter le nouvel entraîneur, écouter Govou. Et je le répète: il faut qu'il ait du cran, de la personnalité, et qu'il accepte de venir en public et de donner des noms.» Cela promet pour la reprise de l’entraînement chez les champions de France, le 2 juillet.