Tour de France: Pourquoi il était si compliqué de dépanner Thibaut Pinot à la FDJ

CYCLISME Retardé par un incident mécanique, le coureur français a sans doute perdu ses dernières illusions dans ce Tour 2015...

Francois Launay

— 

Thibaut Pinot s'en prend à un mécanicien lors de la 4e étape du Tour de France, le 7 juillet 2015.
Thibaut Pinot s'en prend à un mécanicien lors de la 4e étape du Tour de France, le 7 juillet 2015. — capture d'écran 20 minutes

Le contraste est saisissant. Tandis que s’élèvent des cris de joie depuis le bus de la Quick Step pour célébrer la victoire et le maillot jaune de Tony Martin, juste à côté la FDJ tire la gueule. Pour le troisième jour d’affilée, Thibaut Pinot, leader de l’équipe et candidat à la victoire finale a encore perdu du temps. Après la bordure dimanche aux Pays-Bas, le traumatisme lundi dans le Mur de Huy, c’est cette fois-ci un indicent mécanique à 20 kilomètres de l’arrivée a fait perdre au coureur français plus de trois minutes sur tous les favoris. « Je n’avais plus de vitesse, j’étais bloqué sur le grand plateau et j’ai dû changer de vélo. C’est un problème mécanique,  mais je n’étais pas non plus dans une grande journée. Quand les éléments s’enchaînent… », a lâché, dépité, le Franc-Comtois à l’arrivée.

« Je ne pouvais pas être dépanné par Mathieu qui mesure dix centimètres de plus que moi », s’énerve Pinot

Enervé après l’un de ses mécanos, coupable de ne pas l’avoir dépanné plus tôt, Thibaut Pinot a aussi expliqué pourquoi il avait refusé de prendre le vélo de son coéquipier Mathieu Ladagnous. « Je ne pouvais pas être dépanné par Mathieu qui mesure dix centimètres de plus que moi. J’attendais mon vélo tout simplement », explique le Français un poil désabusé.

Un retard logique selon Marc Madiot, directeur sportif de la FDJ

C’est donc Marc Madiot, son directeur sportif, qui est venu expliquer le retard de la voiture de la FDJ. « Si son problème mécanique était arrivé sur le premier secteur pavé, il aurait eu le temps de se refaire. Mais quand t’es dans le final de la course avec tous les secteurs pavés qui s’enchaînent les uns après les autres, les bagnoles sont forcément à trois-quatre minutes derrière. Quant à la voiture neutre, ça n’aurait rien changé, car on n’a pas les mêmes réglages de vélo », justifie le dirigeant de la FDJ.

Le Tour est déjà perdu

Trentième du général à plus de six minutes des favoris, Pinot a quasiment perdu le Tour après seulement quatre jours de course. « On va voir quels nouveaux objectifs on va pouvoir se fixer. Le Tour n’est pas fini. Il reste encore deux semaines et demie », lâche sans trop y croire Thibaut Pinot, affaibli et maudit dans ce Tour de France synonyme de désillusion.