On ne se souvient que des vainqueurs

RUGBY, FINALE DU TOP 14 Clermont doit faire oublier 7 finales perdues face à un Stade français affamé de victoires...

JH

— 

Le Stade Français, bardé de Boucliers, de paillettes et de gloire, ou Clermont, en quête d'un premier titre? Deux clubs que tout oppose s'affrontent en finale du Top 14 de rugby, samedi (21h00) au Stade de France.
Le Stade Français, bardé de Boucliers, de paillettes et de gloire, ou Clermont, en quête d'un premier titre? Deux clubs que tout oppose s'affrontent en finale du Top 14 de rugby, samedi (21h00) au Stade de France. — AFP/Infographie

1936, 1937, 1970, 1978, 1994, 1999, 2001… Sept participations à une finale du championnat de France de rugby, autant d’échecs. Samedi soir à Saint-Denis face au Stade français, les joueurs de Clermont et éternels losers du rugby hexagonal tenteront d’effacer 70 ans de disette. L’histoire sera dans toutes les têtes des «jaunards». Ou presque : «le passé je m'en fous», dit Pierre Mignoni, demi de mêlée de Clermont. «Ce sera ma première finale de championnat de France et ça le sera aussi pour beaucoup de mes coéquipiers.»

Première ligne diminuée
Face aux Clermontois, troisièmes de la saison régulière, des joueurs parisiens physiquement diminués en première ligne mais toujours affamés de victoires. «Si c'est pour échouer à une marche du titre, autant s'arrêter en demi-finale, juge Christophe Dominici, l’ailier stadiste. Les finales, quand on les joue, il ne faut pas les perdre, car on ne se souvient que des vainqueurs. »

Battu l'an dernier en demi-finale, le Stade Français se présente au Stade de France en numéro un de la saison régulière. Vernon Cotter, l’entraîneur néo-zélandais de Clermont, fait d’ailleurs des hommes de Fabien Galthié les favoris de cette finale, notamment parce qu’« ils auront l'avantage de jouer à domicile». En mémoire, la cuisante défaite enregistrée en saison régulière à Paris 45-13 lors de la troisième journée. Mais Clermont a pris sa revanche 29-17 à la 16e journée et reste sur un match superbe contre Toulouse en demi-finale.

Pour remporter cette «belle», Clermont compte sur sa grande qualité de conquête, une charnière rapide et de la fusée locale Aurélien Rougerie aux ailes. Des arguments solides pour ramener le bouclier de Brennus sur l’emblématique place de Jaude, aux pieds de la statue de Vercingétorix. Mais pas forcément suffisants face à des Parisiens expérimentés, talentueux et roublards. Qui n’ont sûrement aucune envie de rejoindre les Clermontois dans les lignes statistiques et historiques : avec une défaite, le Stade deviendrait en effet l’équipe qui a enregistré le plus de défaites en finale.

Les équipes
Stade Français: 15-Nicolas Jeanjean; 14-Julien Arias, 13-Stéphane Glas, 12-David Skrela, 11-Christophe Dominici; 10-Juan Martin Hernandez, 9-Agustin Pichot; 8-Pierre Rabadan, 7-Rémy Martin, 6-Mauro Bergamasco, 5-Mike James, 4-Arnaud Marchois, 3-Pedro Ledesma, 2-Benjamin Kayser, 1-Rodrigo Roncero.

Remplaçants: 16-Dimitri Szarzewski, 17-Damien Weber ou Juan Francisco Gomez, 18-David Auradou, 19-Radike Samo, 20-Sergio Parisse, 21-Jérôme Fillol, 22-Brian Liebenberg.

Clermont:
15-Anthony Floch; 14-Aurélien Rougerie, 13-Tony Marsh, 12-Gonzalo Canale, 11-Julien Malzieu; 10-James Brock, 9-Pierre Mignoni; 8-Elvis Vermeulen, 7-Alexandre Audebert, 6-Sam Broomhall, 5-Loïc Jacquet, 4-Thibaut Privat, 3-Martin Scelzo, 2-Mario Ledesma, 1-Laurent Emmanuelli.

Remplaçants: 16-Davit Zirakashvili, 17-Brice Miguel, 18-Pierre Vigouroux, 19-Gonzalo Longo, 20-Alessandro Troncon, 21-Seremaïa Baï, 22-Jérôme Estherhuizen.

Sur 20 minutes.fr
Début du match à 21h, résultat et commentaire au coup de sifflet final avec nos envoyés spéciaux au Stade de France. Et c'est aussi en direct à sur France 2 et Canal+.