Djokovic: «J'ai déjà gagné contre Nadal»

INTERVIEW Novak Djokovic aborde sereinement son entrée dans le dernier carré d'un Grand Chelem...

— 

Novak Djokovic s'est qualifié pour la première fois de sa carrière pour les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem en battant le Russe Igor Andreev en trois sets 6-3, 6-3, 6-3, mercredi en quarts de finale de Roland-Garros.
Novak Djokovic s'est qualifié pour la première fois de sa carrière pour les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem en battant le Russe Igor Andreev en trois sets 6-3, 6-3, 6-3, mercredi en quarts de finale de Roland-Garros. — Thomas Coex AFP

Novak Djokovic aborde sereinement son entrée dans le dernier carré d'un Grand Chelem...

Première demi-finale en grand chelem dans votre carrière: quelles sont vos premières impressions?
Après ma finale à Miami et mon titre à Indian Wells, c’est le plus beau succès de ma carrière. Avant le début du tournoi, je me sentais en bonne forme, j'avais confiance et même hâte de disputer ce tournoi. Je sais qu'il y avait pas mal de pression et pas mal d'attentes qui reposaient sur mes épaules compte tenu du fait que je suis numéro 6 mondial et que j'ai récemment eu de très beaux résultats. Beaucoup de personnes attendaient de moi que j'atteigne au moins la deuxième semaine.

Vous rendez-vous compte du succès populaire que vous connaissez actuellement en Serbie? Qu’est ce que cela peut changer pour vous?
Maintenant, je suis dans mon tournoi, je suis demi-finaliste. Evidemment, on me rapporte que l'intérêt est très grand en Serbie, qu'il y a beaucoup de gens qui regardent les matches dans tout le pays et j'en suis très heureux, mais j'essaie de ne pas trop y prêter attention, parce que quand vous commencez à réfléchir à cela, cela crée une pression sans aucune raison. J'essaie vraiment de me concentrer sur le tournoi pour l'instant, et quand je retournerai en Serbie, on fera la fête!

Ce sport est en train de prendre une nouvelle dimension dans votre pays, également grâce aux réussites de Jankovic et Ivanovic, toutes deux demi-finalistes du tableau féminin…
Je ne peux pas expliquer pourquoi, tout à coup, vous avez ce lot de joueurs et de joueuses serbes qui arrivent au premier rang mondial, tous en même temps, au même moment. Nous n'avons pas véritablement de système dans notre pays qui nous suive et nous développe, et nous n'avons pas suffisamment d'équipements. Nous devons nous expatrier pour pouvoir nous entraîner et devenir des joueurs de tennis professionnels. Je pense que c'est plutôt un accident. Maintenant, le tennis est vraiment devenu un sport populaire dans notre pays, peut-être le sport numéro 1 dans notre pays et j'en suis très heureux. C'est absolument phénoménal pour un pays aussi petit, surtout au niveau du tennis, parce que nous n'avions pas de tradition de tennis, nous n'avions pas de grands joueurs modèles, notamment chez les hommes.

Maintenant, c’est Nadal face à vous en demi-finale. Avez-vous une recette, un plan de jeu en tête?
J'ai déjà gagné contre lui une fois, cela va vraisemblablement m’aider, mais il reste le grand favori, quel que soit son adversaire sur ce type de surface. Sur terre battue, il est vraiment très dominateur, il n'a pas perdu Roland Garros au cours des trois dernières années. Il joue donc avec beaucoup de confiance, avec une grande motivation. Au niveau de sa condition physique, il est vraisemblablement le mieux préparé d'entre nous. Mais à Miami, c'était une surface différente, on était sur surface dure. Ce sera donc un match totalement différent.

Propos recueillis par Gaël Anger (www.grandchelem.net)