Furlan pour remplacer Papin ?

©2007 20 minutes

— 

Si le divorce n'est pas encore prononcé entre Jean-Pierre Papin et le Racing, il ne fait plus de doute. L'entraîneur et le président Philippe Ginestet semblent avoir atteint le point de non-retour. D'un côté, « JPP » blâme l'insuffisance de l'enveloppe consacrée au recrutement et il n'a toujours pas digéré le concert de critiques dont il a été la cible une fois la remontée en Ligue 1 acquise. De l'autre, Ginestet reproche à son futur ancien coach de s'être coupé d'une partie de son effectif, d'avoir rencontré les dirigeants du Racing Club de Lens et contacté ceux de Bordeaux, alors qu'il lui reste un an de contrat en Alsace. Qui a tort ? Qui a raison ? Le président était-il au courant de cette fameuse entrevue lensoise avant l'heure comme la rumeur le laisse entendre ?

Peu importe finalement. Le fait est que le ressort est cassé. Et à moins d'un invraisemblable retournement de situation, « JPP » ne sera plus l'entraîneur du Racing la saison prochaine. « On est amené à prendre une décision lourde de conséquences. On espère trouver une solution demain [aujourd'hui] », reconnaît Philippe Ginestet. Autrement dit un arrangement à l'amiable avec Papin, dont le départ et celui de son adjoint (Sébastien Migné) coûterait entre 500 000 et 600 000 € au club. En attendant, Jean-Marc Furlan tient toujours la corde pour entraîner le Racing, où un contrat de trois ans lui est proposé. L'ancien coach de Troyes, qui doit partir en vacances ce matin, a donné sa parole. Les dirigeants alsaciens ne souhaitent qu'une chose : qu'il la respecte.