Paris défie son meilleur ennemi

©2007 20 minutes

— 

L'heure de la revanche a sonné pour le Stade Français. Après avoir fait cavalier seul pendant toute la saison régulière, le club de la capitale défiera ce soir à Bordeaux son meilleur ennemi, le Biarritz Olympique, revenu de l'enfer pour intégrer le dernier carré du Top 14.

Profitant de la baisse de régime du Stade Toulousain, Parisiens et Basques ont enlevé à eux deux les cinq derniers Boucliers de Brennus. Et personne n'a oublié l'affrontement de 2005, remporté après prolongation par le BO, au terme d'une finale pour le moins musclée. « Biarritz a peu de points faibles et revient au bon moment, prévient le capitaine David Auradou, dont ce pourrait être le dernier match sous les couleurs stadistes avant son départ pour le Racing-Métro. Face à eux, les matchs se jouent sur des détails. » « On se connaît par coeur, confirme l'arrière biarrot Nicolas Brusque. Reste que le Stade Français est capable de faire la différence à tout moment. »

Comme d'habitude depuis plusieurs saisons, les blessures ont modifié les plans de Fabien Galthié, qui a décidé hier de ne livrer sa composition d'équipe que quelques heures avant la rencontre. Outre l'absence de la première ligne du XV de France Marconnet-Szarzewski-De Villiers, le coach parisien attendait encore des nouvelles d'Agustin Pichot (genou), Stéphane Glas (adducteurs) et Nani Corleto (épaule), ce dernier étant quasi forfait. Lionel Beauxis n'ayant pas été retenu dans le groupe, Galthié devrait faire alterner à l'ouverture et au centre David Skrela et Juan Martin Hernandez. Sans doute les deux hommes clés d'une demi-finale qui s'annonce compliquée.