«Pour une petite heure de souvenirs»

INTERVIEW Anastasia Myskina, battue 6-0, 6-1 au premier tour par Shaughnessy, revient sur son parcours...

Propos recueillis par Gaël Anger

— 

"Boris Eltsine est un porte-bonheur", affirme celle qui est entrée dans l'histoire du pays en devenant la première femme à remporter une épreuve du Grand Chelem, en 2004 à Paris.
"Boris Eltsine est un porte-bonheur", affirme celle qui est entrée dans l'histoire du pays en devenant la première femme à remporter une épreuve du Grand Chelem, en 2004 à Paris. — Bertrand Guay AFP

Anastasia Myskina, victorieuse en 2004 et battue 6-0, 6-1 au premier tour par Shaughnessy, revient sur son parcours

Votre blessure au pied s’est donc réveillée, comme vous le craigniez ?
Oui, je me suis dit que j’allais venir ici pour voir si mon pied allait tenir, vu que cela faisait un mois que je me préparais pour cet évènement. Malheureusement, cela n’a pas tenu. Je savais que je n’allais pas gagner, je voulais simplement savoir qu’elles seraient mes sensations.

Quel est le problème avec votre pied gauche ?

J’ai été opéré le 15 janvier en raison de problèmes aux os, qu’ils ont été obligés de percer. Les médecins m’ont prévenu que je n’étais toujours pas à 100 % mais avec mon entraîneur, on a quand même décidé de venir car il fallait bien franchir le pas à un moment.

Votre passé à Roland-Garros, et votre victoire en 2004, vous a-t-elle incité à précipiter votre retour ?

Je crois oui. Les bons souvenirs que j’ai eu ici m’ont manqués et j’avais envie de les retrouver quelque part, même pour une petite heure. Mais là, je me déplace comme une grosse vache. J’ai eu du mal à trouver un appui, c’est tellement différent de l’année du titre.

Maintenant, quel est votre avenir ?

Je vais devoir m’arrêter un bout de temps, je ne sais pas trop combien. Pour la suite, je vais faire de mon mieux car je pars dans l’inconnu. Je me dis que peut-être j’arriverais jamais à retrouver un niveau suffisant pour revenir à Roland-Garros. J’essaye encore pendant quelques mois et si cela ne marche pas, j’arrête.

Avez-vous reçu des témoignages de sympathie de la part des autres joueuses ?
Elles m’ont toutes fait un sourire. Mais on ne sait jamais ce qu’il y a derrière le sourire d’une femme.