Davydenko était «pressé d’en finir»

INTERVIEW Nikolay Davydenko a vite expédié son premier tour...

Propos recueillis par Gaël Anger

— 

L'Argentine mise tout sur David Nalbandian pour surprendre la puissante Russie en finale de Coupe Davis de tennis à partir de ce vendredi et durant tout le week-end à Moscou.
L'Argentine mise tout sur David Nalbandian pour surprendre la puissante Russie en finale de Coupe Davis de tennis à partir de ce vendredi et durant tout le week-end à Moscou. — Maxim Marmur AFP

Interview de Nikolay Davydenko, après sa qualification face à l'Italien Galvani...

Quelle est l’importance de débuter par une victoire nette?

J’ai besoin de remporter beaucoup de matchs, tant mieux si cela se fait rapidement. Maintenant, ce n’est que le premier tour. Mais je suis content d’être passé malgré cette journée pluvieuse. Je vais pouvoir souffler jusqu’à au moins mercredi, c’est bien de commercer ainsi. C’était une bonne préparation pour le deuxième tour.

Justement, la pluie est apparue à l’approche de la fin du match, est-ce que cela vous a fait accélérer?
Oui, je menais 4-1 dans le troisième set lorsqu’il s’est mis à bien pleuvoir. Je me suis dit qu’il fallait absolument que je le breake et que je gagne pour m’éviter d’attendre à nouveau. Je regardais le ciel et dans ma tête je me disais ‘pourvu que l’arbitre n’arrête pas le match’. Je crois que mon adversaire a senti que j’étais pressé d’en finir.

Quelles sont vos ambitions dans le tournoi?
Si j’atteins les demi-finales, mon tournoi sera réussi. Je suis à 100 % physiquement. Tout le monde me pose des questions sur un match éventuel face à Federer, ou une revanche contre Nadal par rapport à ma défaite contre lui à Rome.

Justement, on dit que tu es l’un des rares à pouvoir battre Federer ou Nadal…
J’ai le sentiment de ne pas être un mauvais joueur, mais je ne sais même pas si je vais les affronter dans la quinzaine. Si je leur fais un peu peur, c’est déjà ça. Mais je ne sais pas si j’ai vraiment des chances de battre Nadal. C’est le grand favori. On peut frapper deux, trois voire quatre fois son meilleur coup et gagner un point contre la plupart des joueurs. Mais Nadal vous le renvoie 10 fois, mais en plus fort.

Retrouvez notre édition spéciale Roland-Garros