PSG-Metz: Pastore rapproche un peu plus les Parisiens du triplé

FOOTBALL L'Argentin est impliqué sur les trois buts qui ont permis au PSG de battre Metz ce mardi soir...

Julien Laloye, au Parc des Princes

— 

Javier Pastore a délivré trois passes décisives lors de la victoire du PSG contre Metz (3-1), le 28 avril 2015.
Javier Pastore a délivré trois passes décisives lors de la victoire du PSG contre Metz (3-1), le 28 avril 2015. — THOMAS SAMSON / AFP

Evidemment, Paris n’est à l’abri du rien. Ni d’un bon gardien, ni d’un mauvais arbitre, ni d’un soir sans de ses attaquants, ce qui lui est arrivé quelques fois cette saison. Mais même moins flamboyant que trois jours plus tôt contre Lille, le PSG, vainqueur de Metz (3-1) mardi soir, n’a jamais donné la sensation, ou alors fugace, qu’il pouvait vagabonder de l’esprit, traînasser des jambes, et égarer des points, ce qui lui est arrivé quelques fois, aussi, cet hiver. Avec trois points d’avance sur Lyon à quatre journées de la fin, les hommes de Laurent Blanc reniflent très fort le triplé, trop fort, sans doute, pour passer à côté.

Le match à revivre en direct par ici

Pourtant, il faut le reconnaître, les Messins n’étaient pas juste venus au Parc des Princes avec un tee-shirt «sauvons Serge Atlaoui», ils voulaient aussi sauver leur place en L1, qui ne tient plus à grand-chose avant de recevoir l’OM. Les coéquipiers de Florent Malouda ont fait planer une menace réelle sur Douchez en attaquant souvent à quatre ou à cinq, avec l’air de se dire pourquoi pas, on ne sait jamais.

On se disait d’ailleurs la même chose qu’eux après la réduction du score de Maïga en tout début de seconde période (53e), et cette pensée fut plus précise, encore, sur un contre en or mal fini par Malouda (63e). Le moment de flottement parisien –relatif- n’a pas duré plus longtemps qu’un délice de plus de Pastore pour Van der Wiel (75e).

Pastore, l'homme de cette fin de saison

L’Argentin, qui avait déjà remboursé le prix du billet avec deux passes décisives soyeuses pour Verratti (24e) et Cavani (41e), est impliqué sur 12 des 13 derniers buts de son équipe. L’homme de la fin de saison parisienne, c’est lui. L’homme du titre? Ça se pourrait bien aussi.