Monaco-Juventus: Vraiment oubliée, cette histoire de penalty?

FOOTBALL Les Monégasques s'étaient sentis lésés après le match aller...

Nicolas Camus

— 

Ricardo Carvalho a concédé un penalty en faisant faute sur Morata, lors de Juventus-Monaco, le 14 avril 2015.
Ricardo Carvalho a concédé un penalty en faisant faute sur Morata, lors de Juventus-Monaco, le 14 avril 2015. — Massimo Pinca/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Monaco,

On l'avait rarement vu aussi en colère. Après le match aller, où le seul but du match avait été inscrit à la suite d'un penalty litigieux, Leonardo Jardim, d'ordinaire mesuré, s'était lâché. «C'est une grande injustice, il n'y avait pas penalty, j'espère que cela ne pèsera pas sur le résultat final», avait tonné le Portugais. Changement de ton ce mardi en conférence de presse.

Penalty pour la Juve, pas pour Monaco... Injustice ou pas? 

A la veille du match retour, l'ancien coach du Sporting a joué l'apaisement. «Je crois toujours au bon travail des arbitres. J'espère simplement qu'il fera une bonne rencontre, et que l'issue du match sera décidée par la qualité des joueurs», s'est-il contenté de dire. Doucement, mais fermement. C'est sans doute ce qui plairait également à l'Ecossais William Collum, qui officiera mercredi.

Interrogé lui aussi sur les discussions qui ont suivi la rencontre la semaine dernière, Gigi Buffon l'a lui joué plutôt décontracté. Il faut dire qu'au rayon polémiques arbitrales, la Juventus s'y connaît -et a payé pour ça. «Nous n'avons aucun problème pour dire qu’il y a parfois eu des décisions heureuses pour nous lors de ce match, a reconnu l'immense gardien italien. Mais il faut revenir à un discours rationnel. Peut-être qu’il y a des manières différentes de voir les choses selon les championnats. Certains avaient la certitude que la faute était en dehors de la surface, c’est défendable.» Le plus simple pour éviter tout ça sera encore de ne pas se faire prendre comme un bleu par une ouverture dans la profondeur de maître Pirlo. N'est-ce pas, Ricardo Carvalho?