GP de Malaisie: Sebastian Vettel (Ferrari) s'est «fait dessus»

FORMULE 1 Le pilote allemand remporte sa première victoire avec la Scuderia...

A.M. avec AFP

— 

Le pilote allemand de Ferrari Sebastian Vettel, le 29 mars 2015 en Malaisie.
Le pilote allemand de Ferrari Sebastian Vettel, le 29 mars 2015 en Malaisie. — MOHD RASFAN / AFP

Les pilotes de Formule 1 sont en général des gens très bien élevés. Et Sebastian Vettel, désormais au volant d'une Ferrari n'est pas le moins poli d'entre eux. Le pilote allemand a pourtant commis petit dérapage dimanche en conférence de presse. «Je ne devrais pas le dire ici, mais je me suis fait dessus...», a glissé l'ancien piloter Redbull. Il faut dire qu'il y a de quoi en perdre ses bonnes manières: Vettel, vainqueur au Grand Prix de Malaisie, a remporté sa première victoire pour sa nouvelle écurie, venant à bout des favoris de chez Mercedes, pour la première victoire de la Scuderia depuis... deux ans.

 

La 40e victoire en Grand Prix de Sebastian Vettel a donc forcément un goût très particulier. «Je suis sans voix. Bien sûr, c'était un gros changement pour moi cet hiver et j'ai été accueilli d'une manière fantastique par cette écurie. Je n'ai fait que deux courses et l'ambiance est formidable. Je suis vraiment très heureux, fier de cette journée, de les avoir battus à la régulière (les pilotes Mercedes). C'est un très beau résultat, nous avons une super voiture et il y a beaucoup d'aspects positifs. C'est pour cela que je suis un peu ému. C'est une journée très spéciale, elle fera toujours partie de moi», lâche l'Allemand.

On peut donc être quadruple champion du monde et avoir encore l'âme d'un fan. «Je me souviens, quand le portail de Maranello s'est ouvert devant moi, c'était comme un rêve qui devient réalité. D'autant que la dernière fois que j'y étais allé, j'étais un gosse qui regardait Michael (Schumacher) par dessus une barrière, il pilotait une Ferrari et maintenant c'est moi qui pilote cette voiture rouge. Et de voir les gars au pied du podium, c'était incroyable. Faire partie de cette écurie, c'est vraiment quelque chose de spécial». Pour le moment, il ne pense d'ailleurs pas vraiment à un nouveau titre: «Je veux faire la fête et boire un bon coup».