Laure Manadou préfère Luca à Lucas

©2007 20 minutes

— 

A quinze mois des Jeux olympiques de Pékin, Laure Manaudou a choisi la rupture avec son emblématique entraîneur Philippe Lucas. La Française a rejoint son fiancé, le nageur italien Luca Marin. Pour Philippe Lucas - qui, en six ans de collaboration, a mené la Française au titre olympique du 400 m nage libre à Athènes, à trois titres mondiaux et sept européens -, la rupture semble entérinée. « C'est une fille que j'aime bien. Je ne veux pas faire de polémique. D'après ce que j'ai entendu, elle a pris son chat et ses affaires. Je ne pense pas qu'elle revienne », confie son désormais ex-entraîneur. « Philippe Lucas reste au Canet avec 17 nageurs de haut niveau. C'est simplement une séparation, Laure a décidé de s'entraîner avec son fiancé. Ce n'est pas dit qu'elle ne revienne pas d'ici à un mois », a sobrement commenté hier Dominique Camus, responsable de l'élite du club Canet 66.

D'après le quotidien italien La Stampa, Laure Manaudou devrait en effet garder une licence en France afin de participer à des épreuves internationales. Si elle optait pour un club transalpin, on parle de Vérone ou de Turin, la Française se contenterait alors des courses interclubs, du fait de sa nationalité. « Si Laure Manaudou et Luca Marin devaient se marier, hypothèse pas du tout impossible, alors la championne pourrait dans un délai raisonnable choisir de représenter l'Italie et non plus la France », avance même le quotidien italien.

Hier soir, le club de Turin, par l'intermédiaire de son directeur général Paolo Penso, ajoutait un peu plus à la confusion régnant sur les intentions de la championne française : « Laure nous a communiqué sa volonté définitive d'interrompre son rapport avec son entraîneur et de ne vouloir chercher aucune alternative en France. Elle nous a demandé de pouvoir être accueillie dans notre structure à Turin. »