Le Racing a toujours les cartes en main

©2007 20 minutes

— 

D'un extrême à l'autre. Les Alsaciens sont passés par tous les stades émotionnels la semaine dernière. Lundi, ils fêtaient presque la montée en L1 au soir du succès sur Reims (1-0), avant de tout remettre en cause après leur défaite à Libourne-Saint-Seurin (1-0) quatre jours plus tard. Face à ce paradoxe, Jean-Pierre Papin se veut optimiste, alors que se profile la réception décisive dans la course à l'accession de Brest (17e), ce soir (20 h 30) à la Meinau, lors de la 35e journée de Ligue 2. « L'entourage du club donne l'impression qu'il y a le feu, alors qu'il n'y a pas matière à s'emporter, tempère l'entraîneur strasbourgeois. On est deuxième ex aequo, on a quatre points d'avance sur Amiens [4e] et on reçoit encore deux fois. On a les cartes en main. Je comprends l'importance de la remontée pour le club, mais il faut relativiser pour ne pas transmettre de pression négative aux joueurs. »

Le Ballon d'Or 1991 sait pourtant que son équipe lambine ces derniers temps, avec seulement deux victoires en sept matchs. Elle s'est même inclinée deux fois (à Istres et à Libourne) en quinze jours. Une première cette saison. « On ne doit pas regarder en arrière, mais avancer, tranche « JPP ». Les joueurs doivent avoir le couteau entre les dents. C'est plus que de la volonté qu'il nous faut, c'est de la rage. »