« L'impression de jouer à l'extérieur »

©2006 20 minutes

— 

Manuel Dos Santos

Latéral gauche de l'ASM.

Lanterne rouge de la L1 en novembre, Monaco est désormais 11e et reste

en course pour une qualification

en Intertoto. Comment expliquez-vous cette saison en dents de scie ?

Il y a eu beaucoup de mouvements l'été dernier avec une dizaine de joueurs étrangers qui sont arrivés tardivement. Il a fallu qu'ils s'habituent au championnat de France, à la langue. Il y avait aussi les problèmes relationnels avec l'ancien coach Laszlo Bölöni. L'arrivée de Laurent Banide a permis de redresser la barre. Aujourd'hui, on reste en course pour accrocher l'Intertoto. Au regard de notre parcours, on doit le prendre comme un bonus en abordant les quatre dernières journées à fond.

A commencer par le match de dimanche face à l'OM, dont vous avez porté

les couleurs de 2000 à 2004...

On reste sur dix matchs sans défaite. On a envie de poursuivre cette série face à Marseille. Ce sera particulier face à l'OM parce que je garde de bons souvenirs de notre épopée européenne en 2003-2004 [les Olympiens avaient perdu 2-0 en finale de la Coupe UEFA face à Valence]. Et puis il y a le public. Dimanche, le stade Louis-II sera garni de supporteurs marseillais. On aura l'impression de jouer à l'extérieur.

Quelle sera la clé du match ?

Individuellement et collectivement, l'OM a de grosses qualités offensives. Depuis le retour de Franck Ribéry, Marseille tourne rond. Mais ils ont aussi quelques faiblesses défensives.