VIDEO. fiévreux, Pinturault s'arrache pour obtenir une médaille de bronze aux Mondiaux

SKI ALPIN Le skieur français remporte sa première médaille mondiale à Beaver Creek...

J.L. avec AFP

— 

Alexis Pinturault, le 13 février 2015 aux Etats-Unis.
Alexis Pinturault, le 13 février 2015 aux Etats-Unis. — Alessandro Trovati/AP/SIPA

Après avoir collectionné les places d'honneur depuis deux ans, Alexis Pinturault a enfin décroché vendredi sa première médaille dans des Championnats du monde avec sa 3e place dans le slalom géant des Mondiaux-2015. A Schladming (Autriche), lors des Mondiaux-2013, «Pintu» avait entrevu le podium à quatre reprises en terminant 5e en géant, 6e en slalom, super-G et super-combiné.

Rebelote à Beaver Creek avec une 5e place dans le super-combiné dont il était l'un des favoris, mais où ses espoirs s'étaient dissous dans la neige molle du slalom. Mais entre Schladming et Beaver Creek, Pinturault a empoché l'hiver dernier la médaille de bronze du géant des jeux Olympiques 2014 à Sotchi (Russie).

Ce podium dans un contexte où la pression extérieure et les attentes étaient étouffantes, a rassuré le prodige de Courchevel sur sa capacité à répondre présent lors d'un grand événement. «Ce qui s'est passé avant m'a construit et me construira pour l'avenir. Il y avait beaucoup d'attentes ici aussi, je suis soulagé d'être sur ce podium», a-t-il d'ailleurs insisté vendredi, sous le regard de sa compagne Romane.

Pourtant, il n'avait pas abordé ce géant, sa discipline de prédilection où il a remporté deux titres mondiaux chez les juniors et réussit deux podiums cet hiver en Coupe du monde, dans les meilleures conditions. «Il y a deux jours je n'étais pas sûr d'être en forme au départ. J'étais dans mon lit, je n'ai pas pu m'entraîner», a-t-il rappelé, comme étonné par sa prestation. S'il a réussi le 3e chrono de la première manche, à seulement 23/100e de Marcel Hirscher alors leader, le N.1 français, âgé de 23 ans, a dû puiser au plus profond de lui-même pour venir à bout de cette seconde manche tracée par son entraîneur David Chastan.

«Normalement on faiblit sur les dix dernières portes alors que là au Golden Eagle (moitié de la piste, NDLR), je n'en pouvais déjà plus, il a fallu que je serre les dents», a-t-il expliqué. Au final, il n'a concédé que 88/100e à l'Américain Ted Ligety, sacré champion du monde de géant pour la troisième fois de suite, devant Hirscher, 2e à 45/100e.