Mondial de Handball: Invitations, prix attractifs... comment le Qatar remplit ses salles?

SPORT L’ambiance n’est pas folle, mais c’est mieux que prévu…

B.V.
— 
Des supporters français au Mondial au Qatar, en janvier 2015
Des supporters français au Mondial au Qatar, en janvier 2015 — alberto de isidro/Photoca/SIPA

«C’est vrai qu’en termes de supporters, on ne s’attend pas à ce qu’il y ait foule.» La peur de la salle vide, c’était la grosse crainte de Jérôme Fernandez avant le début du mondial au Qatar. Après quelques jours de compétition, voilà le capitaine des Experts (un peu) rassuré. Certes, ce n'est pas Woodstock, mais, pour l’instant, certains matchs, et principalement ceux du pays hôte et de la France, attirent un peu de monde.

Des supporters «tous frais payés»

Des Qataris? Non, faut pas rêver. Déjà pas très portés sur le foot, les locaux ne sont pas soudainement tombés amoureux du hand, malgré de nombreux efforts publicitaires du gouvernement pour les séduire. Les salles sont principalement remplies par des supporters des pays concernés et l’ingéniosité des organisateurs.

Comment? En invitant, dans un premier temps, 20 supporters par pays. «Tous les frais sont payés: hôtel, billets d'avion, navettes entre l'hôtel et la salle, les places évidemment, mais aussi la nourriture», explique au Figaro Julien, l’un d’eux. Un journaliste espagnol assure même que le gouvernement a «loué» des fans espagnols pour soutenir bruyamment l’équipe du Qatar pendant ses matchs. Sans oublier la présence de travailleurs étrangers et de jeunes militaires de l'armée locale pour faire du nombre.

Des expatriés français invités par l'ambassade?

Pour les autres, il a fallu payer, mais pas forcément énormément. Pierre-Marie Augu, dirigeant de Gate-One Voyages, l’agence chargée par la Fédération française d’organiser le déplacement pour les supporters français, assure avoir pu proposer grâce à la bienveillance des organisateurs «des packages à prix réduits, correspondant à peu près au même coût que le Mondial en Espagne (environ 1.500 euros sur deux semaines), il y a deux ans, pour un voyage en avion bien plus long». Ils seront jusqu’à 500 en phases finales à profiter de ces tarifs avantageux.

Et puis il y a la question des expatriés. Lors des rencontres face à la République tchèque puis l'Egypte, ils étaient 300 français vivant à Doha dans les tribunes -contre 3.000 Egyptiens, la plus grande communauté étrangère du pays-. Le Monde assurait samedi que l’ambassadeur de France au Qatar avait invité aux matchs tous les élèves d’un lycée français. Ce que réfute Anne, enseignante à Doha. «Nous sommes venus parce que nous avions envie de soutenir l’équipe de France, explique-t-elle. Nous n’avons pas payé nos places car, en général, que ce soit pour du foot ou du hand, personne ici ne paye ses places. C’est dans les mœurs. Il y a déjà tellement peu de monde dans les tribunes, alors ils laissent tout le monde rentrer…»