En Europe, la France fait pâle figure

SPORTS COLLECTIFS Les Coupes d'Europe de rugby, de football, de handball et de basket se poursuivent actuellement sans...

Jérôme Capton

— 

Les Coupes d'Europe de rugby, de football, de handball et de basket se poursuivent actuellement sans un seul club tricolore encore en lice. Conséquence directe de l'arrêt Bosman, la France, brillante en équipes nationales, est incapable de conserver ses meilleurs joueurs dans ses clubs. Constat d'échec.· Rugby. Le Stade Français et surtout Biarritz semblaient devoir pérenniser les bonnes habitudes européennes (4 victoires en 11 éditions). Leur élimination dimanche en quart de finale de la Heineken Cup ressemble cependant plus à un accident (défaites de 1 point seulement) qu'à un début de déclin des clubs français. Le Top 14 attire les meilleurs joueurs avec des droits télé en hause de 45 % grâce à Canal+. « Il ne faut surtout pas que les clubs récupèrent cet argent pour le dilapider dans l'achat de joueurs », explique pourtant Serge Blanco, patron de la Ligue.· Football. L'élimination de Lyon en 8e de finale de la Ligue des champions a remis la L1 à son véritable niveau, c'est-à-dire un championnat de seconde zone au plan européen. « Si on ne continue pas à prendre des risques en investissant, en essayant de construire quelque chose qui peut permettre de gagner, y compris en Europe, on aura un football français sous-développé », redoute Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.· Basket. Pau-Orthez a laissé ses camarades d'Euroligue avant les quarts de finale. L'écart est désormais tel que la compétition européenne ne semble plus faire rêver les dirigeants français. « Nous sommes libérés de l'Euroligue », confie Pierre Seillant, le président palois.· Handball. Les affluences et la couverture médiatique en France sont ridicules par rapport à l'Allemagne et l'Espagne. Et là encore, nos meilleurs joueurs filent vers ces eldorados (Karabatic et Omeyer à Kiel par exemple). Même l'ancien champion d'Europe montpelliérain ne semble plus capable de rivaliser sur le Vieux Continent.