Olympique Lyonnais: Yoann Gourcuff, un patient pas ordinaire

FOOTBALL Toujours blessé, le meneur de jeu doit faire l’objet d’une attention toute particulière…

Cyrille Pac

— 

Yoann Gourcuff manquera encore les matches contre Reims et Evian Thonon Gaillar. AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES
Yoann Gourcuff manquera encore les matches contre Reims et Evian Thonon Gaillar. AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES — AFP

Yoann Gourcuff ne jouera pas jeudi contre Reims, ni à Annecy contre Evian Thonon Gaillard dimanche. Deux nouveaux forfaits qui n’étonnent plus personne à Lyon tant le club a appris à vivre au gré de ses absences. «On gère son cas au jour le jour, a expliqué Hubert Fournier mardi. Il n’a pas encore participé à une séance collective.»

Le cas Gourcuff a longtemps suscité frustrations, incompréhensions et même rejet. «Quand un joueur est aussi souvent blessé, il faut savoir l’entourer, estime Guy Lacombe, ancien technicien de Guingamp ou du PSG, désormais à la DTN. Il faut être dans l’empathie. Il suffit parfois de deux ou trois mots…»

«C’est d’abord un problème médical, pense Luis Fernandez, entraîneur et consultant. C’est difficile d’intervenir. Mais l’entraîneur doit faire en sorte de l’aider à vite revenir et qu’il ne soit pas trop à l’écart du groupe. Mais, dans un collectif, il y a des joueurs actifs et d’autres moins. Ça dépend des personnalités.» «Yoann est un bon garçon, lui répond Guy Lacombe, sa vie dans le vestiaire ne doit pas poser problème.»

Guy Lacombe: «C’est une énigme»

Ce ne fut pas toujours le cas mais, aujourd’hui, les relations sont en effet plus chaleureuses entre la star et ses partenaires, d’autant qu’il est souvent décisif quand il joue. Les supporters aussi sont plus indulgents. Après l’avoir raillé, ils expriment surtout de la frustration. «En cinq années, il n’a pas effectué une seule saison complète, regrette Frédéric, abonné à Gerland. A chaque fois qu’il joue, on voit qu’il a la classe. Mais on ne se fait plus d’illusion, d’autant qu’il est dans sa dernière année de contrat…»

Pour espérer décrocher la Ligue des champions, l’OL aura besoin de Gourcuff. Le club doit donc l’accompagner pour faciliter son retour. «C’est une énigme, souffle Guy Lacombe. Il n’était pas fragile avant de venir à Lyon. Quand je dirigeais le PSG, on s’était intéressé à lui et il semblait avoir une telle solidité physique! Puis, en arrivant à Rennes, j’ai eu l’occasion de discuter avec des membres du club qui l’avaient connu plus jeune. Ils m’ont confirmé qu’il était costaud. Là, apparemment, c’est le mental… Yo a encore de belles années devant lui mais ce qu’il vit doit être difficile pour lui.»

Luis Fernandez: «L’affectif compte beaucoup»

«L’affectif compte beaucoup, poursuit Fernandez. Il est important de mettre un joueur en valeur, d’autant que, aujourd’hui, avec les staffs élargis, on peut mieux l’accompagner et le préserver de rechutes. Mais un entraîneur a un groupe à gérer, il ne peut pas s’occuper que d’un blessé.»

Et le joueur doit savoir se remettre en question. «Un footballeur ne doit pas oublier qu’il représente une valeur pour le club, conclut Fernandez. L’OL a investi sur lui. Si j’étais Yoann, je ferais les efforts pour rendre au club ce qu’il m’a donné. Mais ça, ça dépend des caractères.» Comme toujours avec Gourcuff, on en revient à sa personnalité…