Metz-PSG: Laurent Blanc a trouvé son équipe «plus concernée que sur certains matchs»

FOOTBALL Le PSG a pris provisoirement  la tête de la Ligue 1 en s'impostant en Lorraine vendredi (3-2)...

J.L. avec AFP

— 

Salvatore Sirigu assure sa prise de balle, le 21 novembre 2014 à Metz.
Salvatore Sirigu assure sa prise de balle, le 21 novembre 2014 à Metz. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

L'accouchement a été difficile, mais il a plus à Laurent Blanc. L'entraîneur parisien n'a jamais douté que ses hommes sauraient donner le coup de rein nécéssaire pour obtenir la victoire malgré les deux penaltys consécutifs sifflés en faveur de Metez vendredi. «J'étais confiant même après l'égalisation. Je me disais qu'on allait gagner 3-2. Notre première période a été très bien maîtrisée face à une équipe de Metz qui nous craignait beaucoup et qui a déjoué, ce qui a facilité notre jeu. On peut penser à la mi-temps que le match sera assez facile. Mais après le premier penalty, Metz rentre dans le match et après, on a eu une période difficile. Paris avait les moyens de gagner le match bien avant ce troisième but.»

>> Le match à revivre en live comme-à-la-maison

A deux jours de la réception de l'Ajax Amsterdam en Ligue des champions, Blanc a apprécié l'engagement de ses hommes, moins suspect que d'habitude quand l'adversaire ne fait peur à personne. «Tout n'est pas parfait, mais j'ai trouvé mon équipe plus concernée que lors de certains matches. Ce soir (vendredi), on est premier, mais attendons les résultats et essayons d'être satisfaits». Seules ombres au tableau, les blessures. Le PSG a perdu Motta et Cabaye, touchés au mollet, alors que Matuidi a été obligé de jouer (prduemment) avec une main plâtrée. «C'est le lot des clubs qui ont beaucoup d'internationaux. Il faut savoir gérer ça» a conclu un entraîneur fataliste.