PSG: Pourquoi Zlatan Ibrahimovic est tant embêté par sa blessure au talon

FOOTBALL Sur le flanc depuis près d’un mois, le géant suédois devrait encore être absent ce week-end contre Lens…

Nicolas Camus

— 

Zlatan Ibrahimovic, blessé, n'a pas quitté le banc lors du match amical Suède-Russie, le 9 octobre 2004, près de Stockholm.
Zlatan Ibrahimovic, blessé, n'a pas quitté le banc lors du match amical Suède-Russie, le 9 octobre 2004, près de Stockholm. — Claudio Bresciani / TT NEWS AGENCY / AFP

Le mystère s’épaissit autour de la blessure de Zlatan Ibrahimovic. Cela fait bientôt un mois, depuis un match nul contre Lyon (1-1, 6 journée) où il était apparu très loin de son meilleur niveau, que l’on n’a plus vu l’attaquant parisien mettre un pied sur un terrain en raison d’une talalgie (une douleur au niveau du talon). Convoqué avec la sélection suédoise, il a couru, un peu, mais n’a pas participé aux matchs contre la Russie et le Lichtenstein. Il ne devrait pas non plus jouer contre Lens, ce week-end. De retour au Camp des Loges mardi, il n’en a vu que la salle de soins et a quitté le centre d’entraînement du PSG le visage dépité.

Mais quelle est donc cette blessure, qualifiée d'«inexplicable» par le médecin de la Suède, qui semble ne pas vouloir guérir? Le staff médical du club parisien évoque une talagie, qui est l’appellation générique pour une inflammation au talon. «C’est certainement une myoaponévrosite plantaire», précise le Dr Gilles Watelle. Podologue du PSG pendant près de 30 ans (de 1978 à 2007), il est aujourd’hui affilié à la Fédération française de tennis et connaît très bien cette blessure «très fréquente chez les sportifs», même si les footballeurs y sont moins exposés que les tennismen ou les athlètes qui pratiquent la course à pied.

Entre récupération et crainte d'une rupture

Cette inflammation «se traduit par des douleurs sous-talonnières qui apparaissent à l’appui, avec la sensation d’un clou pénétrant dans le talon», illustre le médecin. Il y a alors certains gestes, comme monter les escaliers, qui deviennent vraiment très douloureux. Gilles Watelle n’est en tout cas pas du tout surpris que le Suédois tarde à reprendre l’entraînement. «Ce n’est jamais très court à soigner, parce qu'on est toujours en charge. Ça peut durer de quelques semaines à plusieurs mois», affirme-t-il, prenant l’exemple d’une ancienne grande tenniswoman française dont il s’est occupé qui a joué pendant deux ans avec ce genre de douleurs.

La solution pour les faire disparaître? L’arrêt complet du sport et le port de chaussures extrêmement rigides pour ne pas solliciter le pied. Sans oublier, bien sûr, des soins très spécifiques comme la physiothérapie, le massage transversal profond (une technique complexe et douloureuse mais très efficace) voire les ondes de choc, avec un pistolet spécial. En tout cas, mieux vaut ne pas lésiner sur les moyens. «C’est une blessure qu’il faut soigner et suivre très sérieusement. Si on reprend trop tôt, la douleur va revenir, surtout avec un gabarit comme celui d’Ibrahimovic, assure Gilles Watelle. Ça peut même aller jusqu’à la rupture, et là c’est très ennuyeux car il faut passer par la chirurgie.» On comprend mieux alors la prudence du club et du joueur, qui vient tout de même de fêter ses 33 ans.