PSG-Barcelone: Les trois choses que Paris doit garder de son match contre le Barça

FOOTBALL Les Parisiens se sont retrouvés contre le Barça (3-2)...

R.B. au Parc des Princes

— 

Le joueur du PSG, Javier Pastore lors du match de Ligue des champions face au FC Barcelone, le 30 septembre 2014.
Le joueur du PSG, Javier Pastore lors du match de Ligue des champions face au FC Barcelone, le 30 septembre 2014. — F.FIFE/AFP

Tant pis pour l’expression passe-partout mais le PSG tient son match référence. Vainqueurs du Barça (3-2) mardi soir en Ligue des champions, les Parisiens ont retrouvé leur jeu et pris la tête de leur groupe de C1. Idéal avant la réception de Monaco dimanche en championnat où il faudra conserver plusieurs choses performantes contre les Catalans.

L’agressivité

Laurent Blanc voulait un «collectif fort» pour compenser l’absence de Zlatan Ibrahimovic? Il l’a eu. Sans leur star, également privés de Thiago Silva et d’Ezequiel Lavezzi, les Parisiens ont livré contre le Barça leur meilleure rencontre depuis le quart de finale aller de Ligue des champions contre Chelsea en avril (3-1). Incapable de battre autre chose qu’un promu, Caen (0-2), en septembre jusqu’ici, secoué par Lyon (1-1) et Toulouse (1-1), Paris a cette fois fait souffrir le Barça. «On a retrouvé certaines valeurs, qu'on n'avait pas perdues mais qu'on avait du mal à mettre en pratique en championnat», s’est satisfait Laurent Blanc. «On a remis de l’agressivité à la perte du ballon», souligne Salvatore Sirigu.

Le mental

Face à un Barça en pleine bourre, invaincu et sans aucun but encaissé depuis le début de la saison, le PSG n’a pas fait de complexe. Deux fois, les Parisiens ont encaissé un but deux minutes après en avoir mis un au Barça (1-1, 3-2). Deux fois, ils ont bien réagi en marquant dix minutes plus ou tard ou en réalisant une courageuse dernière demi-heure là. Au regard des dernières prestations et de l’adversité, il était pourtant tentant d’imaginer le collectif s’effondrer. «On a montré que Paris peut aussi être une grande équipe, estime Blaise Matuidi. Maintenant, il faut confirmer ça en Ligue 1, notre gagne-pain quotidien.»

Javier Pastore et Blaise Matuidi

Il n'y a évidemment pas qu'eux à saluer mais Blaise Matuidi et Javier Pastore ont réalisé un énorme match. Si l'Argentin a toujours autant divisé, c’est parce qu'il laisse son cousin jouer certaines rencontres à sa place. Contre le Barça, on a plutôt eu droit au meilleur de Pastore, très juste techniquement et difficile à cerner pour la défense catalane. «Je l'ai maintenu à un poste qui lui va très bien, derrière l'attaquant. Il a un volume de jeu très important, il peut supporter de grandes courses, explique Laurent Blanc. Quand il a confiance, il est capable de faire ce type de match.» De retour à un excellent niveau, Matuidi a lui beaucoup couru pour bloquer les montées du Barça. Auteur du troisième but parisien, le Français avait hâte de filer au lit après le match. «Il va falloir que l’on récupère bien parce que l’on a dépensé beaucoup d’énergie.» Ca tombe bien, lui et ses partenaires ont jusqu’à dimanche pour souffler un bon coup.