Arbitres bousculés: «Je dis stop!» prévient Pascal Garibian, le patron des arbitres

FOOTBALL Alors que plusieurs arbitres ont été pris à partie ce week-end...

Antoine Maes

— 

Pascal Garibian, le patron de la direction technique de l'arbitrage, en décembre 2012, à Paris.
Pascal Garibian, le patron de la direction technique de l'arbitrage, en décembre 2012, à Paris. — MIGUEL MEDINA / AFP

Le directeur technique de l'arbitrage Pascal Garibian a dit «stop» devant la recrudescence des «bousculades, intimidations, déclarations et provocations verbales» envers les arbitres depuis deux journées en L1. «En tant que directeur technique de l'arbitrage, je fais le constat sur les deux dernières journées de L1 (celles de mercredi et celle de ce week-end) de comportements intolérables de la part de certains acteurs du jeu envers les arbitres, avec bousculades, intimidations, déclarations et provocations verbales. Je dis stop !», a indiqué M. Garibian.

«Depuis le début de la saison, la direction technique de l'arbitrage a souhaité favoriser le jeu, dans la lignée de la Coupe du monde, et avait été soutenue en ce sens par tous les acteurs du jeu, techniciens et joueurs, a-t-il poursuivi. Le mot d'ordre était servir le jeu avant de siffler, c'est à dire donner la possibilité aux joueurs de s'exprimer plutôt que de siffler toutes les micro-fautes».

«Mais la condition était que tous les acteurs du jeu adhèrent, souligne-t-il. L'arbitrage fédéral a fait le choix de s'inscrire dans un dialogue --nous pouvons comprendre que certaines décisions peuvent générer des frustrations-- mais cet échange ne peut se consolider que dans le respect des arbitres et de leurs décisions».

«N'affaiblissons pas ce travail que nous faisons tous ensemble, respectons les arbitres et leurs décisions»

«Nous voulons être des facilitateurs du beau jeu - avec comme limite une sanction si l'intégrité physique d'un joueur est menacée - et jusqu'ici nous étions soutenus par les acteurs du jeu. Je suis dans mon rôle en disant: n'affaiblissons pas ce travail que nous faisons tous ensemble, respectons les arbitres et leurs décisions».

M. Garibian ne tient «pas à entrer dans les cas particuliers, car il y a une commission de discipline pour ça». Mais certains cas sont évidents. Philippe Kalt, arbitre de Montpellier-Guingamp (2-1), a passé une fin de match agitée: le Guingampais Benjamin Angoua lui a ainsi fait lâcher le carton rouge qu'il était en train de brandir à Mamadou Samassa, gardien de l'EAG qui avait intimidé le directeur de jeu visage contre visage.

Leonardo Jardim, entraîneur de Monaco (battu 1 à 0 par Nice) a lui tiré à boulet rouge sur l'arbitrage: «Je pense que les penalties et les hors-jeu sont toujours sifflés contre Monaco. L'arbitrage français, je le découvre. A mon souvenir, il n'y a pas de grand arbitre reconnu au niveau international».