OGC Nice: A Nantes, Claude Puel n’a «pas reconnu son équipe»

FOOTBALL Samedi soir, les Aiglons, très faibles en première période, ont été battus assez logiquement (2-1) à Nantes…

David Phelippeau

— 

Claude Puel lors d'un match entre Nice et Toulouse le 5 octobre 2013.
Claude Puel lors d'un match entre Nice et Toulouse le 5 octobre 2013. — LANCELOT FREDERIC/SIPA/SIPA

«J’ai l’impression qu’on a joué seulement 45 minutes…» Le milieu de terrain niçois Mendy a tout résumé. Ce n’est pas qu’une impression, samedi soir, à la Beaujoire, Nice s’est sabordé lors du premier acte. «Notre entame a été trop timide, reconnaît Genevois. On s’est fait bouger dans les duels.» Mais surtout les hommes de Claude Puel ont encaissé deux buts évitables.

Puel a secoué ses joueurs à la pause

L’entraîneur niçois a goûté modérément la prestation des siens et il n’a pas caché son agacement: «C’est une déception par rapport à la partition jouée. Ce soir, on a eu trop de manques pour espérer faire un résultat. Il nous a manqué trop de choses. On était très timorés. Trop de joueurs ont été en-dedans et ont eu du mal à se libérer.» A la pause, les joueurs niçois l’ont avoué : Puel a haussé le ton. «Il nous a secoués», confesse Genevois. Nice est bien revenu par un corner de Bauthéac dévié par Amavi dans le but nantais (2-1) mais l’élan du début de deuxième période est vite retombé.

Bosetti un peu parano non?

Bosetti, sifflé par le public nantais, a été chahuté dans la surface de réparation nantaise. Penalty ou non? « J’ai été un peu retenu, explique l’attaquant niçois. Mais on sait que de toute façon on ne sifflera rien pour nous cette saison. On ne peut compter que sur nous-mêmes.» En attendant, le Nice d’hier soir (15e de L1) – qui pourra réagir dès mercredi à domicile contre Lille – a montré beaucoup d’insuffisances. «Je n’ai pas reconnu mon équipe par rapport à ce qu’elle est capable de faire», a asséné en guise de conclusion Claude Puel.