«Mes joueurs ont été héroïques»

INTERVIEW Eric Girard. Entraîneur de la SIG.

©2006 20 minutes

— 

Eric Girard

Entraîneur de la SIG.

Quel sentiment domine après cette élimination cruelle ?

Ce que je ressens est assez paradoxal. On est très déçu, frustré, parce qu'il ne nous a manqué qu'un seul panier. Cela nous laisse beaucoup de regrets. Mais je suis très fier d'être le coach de cette équipe. Mes joueurs ont réalisé un parcours européen extraordinaire, d'autant plus que personne ne nous attendait à ce niveau. Aujourd'hui (hier), ils ont été héroïques face à un adversaire en pleine confiance après sa victoire sur le Zalgiris Kaunas samedi. On n'a jamais été à la rue et on a réussi à être conquérant alors qu'il y avait une ambiance folle.

Qu’est-ce qui a manqué à la SIG pour se qualifier en demi-finales ?

Sans doute de l'expérience, puisque beaucoup de mes joueurs n'avaient jamais disputé de Coupe d'Europe jusqu'à cette saison. Il nous a manqué aussi un Chuck Eidson (grippé) à 100 % de ses capacités physiques, un Lonnie Cooper ou un autre meneur américain pour mieux gérer le tempo, ainsi que les 2,11 m de Dirk Mädrich, qui s'est donné une entorse à la cheville au début du deuxième quart-temps. Par rapport aux armadas de ces quarts de finale, le fait que notre effectif soit moins riche fait la différence. C'est pourquoi on méritait peut-être plus de passer que Vilnius.

En dépit de ces handicaps, vous revenez à 57-52 à trois minutes de la fin…

Malgré notre manque de rotation, on a effectivement presque la qualification dans les mains. Mais on est puni de nos deux oublis défensifs d'affilée par deux paniers primés. On laisse passer notre chance à ce moment-là. C'est dommage, car cela se joue sur des détails.

Recueilli à Vilnius par J. S.